SAHARA OCCIDENTAL

ACTUALITES HEBDOMADAIRES

SEMAINE 11

09.-15.03.2003

 

 

REFERENDUM

03-07.03.03
Union africaine
Devant le Conseil exécutif de l'UA, réuni à N'Djamena (Tchad), le Président intérimaire de la Commission, Amara Essy, a estimé que "des efforts novateurs doivent être faits pour la mise en oeuvre du plan de règlement qui prévoit l'organisation d'un référendum libre et juste d'autodétermination du peuple sahraoui". Pour M. Essy le Plan de règlement onusien en vigueur au Sahara Occidental est "l'unique voie de règlement jusqu'ici acceptée par le Maroc et le Front POLISARIO et grâce à laquelle beaucoup de travail a été accompli par la MINURSO au cours des années passées". Le Président de la Commission a par ailleurs averti que le statu quo actuel entame sérieusement la crédibilité de l'ONU et porte en lui-même les germes d'une nouvelle conflagration dans la région. (SPS)

05-08.03.03
Résolution
Lors du 6ème congrès de l'European Community Organisation of Socialist Youth/Jeunesses socialistes européennes, qui a eu lieu en Suède et auquel l'Union de la jeunesse sahraouie UJSARIO a participé, une résolution en faveur du droit à l'autodétermination au Sahara Occidental a été adoptée à l'unanimité.

15.03.03
ONU
Le rapport du secrétaire général au Conseil de sécurité sur le Sahara Occidental est attendu pour la semaine prochaine. A l'heure actuelle les réponses des parties aux propositions Baker ne sont pas connues.

ALGERIE

08.03.03
Le président de l'Assemblée Populaire Nationale algérienne, M. Karim Younes a reçu une délégation parlementaire de femmes sahraouies conduite par Mme Khadidja Hamdi, épouse du Président de la République. M. Karim Younes a «réitéré le soutien de l'Algérie au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination conformément aux décisions de la légalité internationale et aux accords de Houston». (SPS)

10.03.03
Le général en retraite et ancien ministre de la défense algérien Khaled Nezzar, interviewé à Paris par l'hebdomadaire La Gazette du Maroc et le lendemain par le quotidien algérien La Nouvelle République, a tenu des propos provocateurs sur le conflit du Sahara Occidental. Il s'est exprimé «à titre personnel» en faveur d'une solution politique, avançant que «la meilleure des solutions serait celle du ni vainqueur ni vaincu», prétendant qu'il fallait trouver «la formule adéquate permettant d'intégrer les Sahraouis [au Maroc]», que «l'Algérie n'avait pas besoin d'un nouvel état à ses frontières», et que «la création de l'espace maghrébin» permettrait de sortir de l'impasse.

L'écho médiatique a été très important. Applaudissements au Maroc, réprobation quasi unanime en Algérie. (>> à lire) Le Comité National Algérien de Soutien au Peuple Sahraoui a exprimé son indignation et s'est dit «conforté par la position officielle d'Alger en faveur du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui», rappelant les déclarations du président Bouteflika et sa lettre récente au président français, dans laquelle, «sans ambiguïté», il a exprimé «l'attachement de l'Algérie à l'autodétermination du peuple sahraoui», ainsi que la visite dans les camps de réfugiés sahraouis de son ministre des Moudjahiddines le 27 février dernier.

DROITS HUMAINS

10.03.03
Grève de la faim
Le prisonnier politique sahraoui
Ali Salem Tamek, condamné à 2 ans de prison en octobre dernier, entame une nouvelle grève de la faim et appelle à une aide matérielle. Depuis le début de son incarcération, ce militant des droits humains, adopté par Amnesty international, se bat pour une amélioration des conditions de détention. Suite à plusieurs grèves de la faim et à la mobilisation des milieux de défense des droits de l'homme, il a obtenu son transfert au complexe pénitencier de Salé, davantage conforme aux exigences légales, et les autorités carcérales lui ont fait diverses promesses. C'est en raison de la non-tenue de ces engagements que Tamek reprend son action avec détermination malgré son état de santé fragile.**
Dans un
communiqué il dénonce les exactions qu'il subit de la part de co-détenus manipulés par la direction de la prison, le refus d'une enquête concernant l'agression dont il a été victime le 30 janvier, les refus de visites, de soins médicaux, etc
Tamek a également lancé
un appel, pour une aide matérielle sous forme de produits de première nécessité et de médicaments.

** Aux dernières nouvelles, Tamek a été transféré dans la nuit, en urgence, à l'infirmerie de la prison, en raison de la dégradation de son état de santé (asthme, pneumonie). Son transfert en clinique est envisagé.

10.03.03
Le Comité préparatoire pour faire la lumière sur le destin des disparus sahraouis, par son président d'honneur Mohamed Daddach, a publié un communiqué de solidarité avec Tamek, dans lequel il demande sa libération et celle de tous les prisonniers politiques sahraouis. [
comunicado de solidaridad de M. Daddach, 10.03.03 - comunicado de solidaridad del Comité preparativo para esclarecer el paradero de los desaparecidos saharauis, 10.03.03 ]

10.03.03
Les prisonniers politiques Ahmed Nassiri et Mohamed Mhamed Brahim Nigro, condamnés à respectivement 18 mois et 1 année de prison, ont été transférés de la prison noire d'El Ayoun au nouveau pénitencier de Ait Melloul près d'Agadir. Ce déplacement, jugé illégal, a eu lieu à la veille du procès contre quatre Sahraouis (voir plus bas) et alors qu'une vingtaine de prisonniers de droit commun ont entamé une grève de la faim ouverte pour l'amélioration des conditions de détention et une inspection de la prison d'El Ayoun. (As Sabah)

12.03.03
Jugements scandaleux
Salek Bazaid, membre du Forum Vérité et Justice section Sahara, Moussamih Baba et Bourhil Mohamed Lamine, arrêtés le 24.09.02 ont été condamnés à 10 ans de prison ferme. Boughrain Mohamed Lamine a été condamné à une année avec sursis et une amende.
Le procès s'est déroulé sous haute surveillance policière, en présence d'un nombreux public composé de militants des droits humains, de familles de prisonniers politiques sahraouis et de deux avocates espagnoles.

Les prévenus ont dénoncé les dossiers de l'accusation qu'ils ont qualifiés de faux. Ils ont déclaré être poursuivis en raison de leurs convictions en faveur de l'autodétermination du Sahara Occidental et ont nié toute relation avec les faits qui leur sont reprochés, l'incendie d'un poste de police. Les quatre avocats de la défense ont abondé dans le même sens.

Il s'agit de la condamnation la plus sévère prononcée à l'encontre de Sahraouis depuis 1999 et d'une application anticipée de la nouvelle loi anti-terroriste marocaine. Déjà leur arrestation au cours d'une razzia d'une brutalité particulière, leur séquestration dans les geôles secrètes du PC des Compagnies Mobiles d'Intervention à El Ayoun, confrontés au commissaire Hariz Elaarbi, tortionnaire bien connu, et les tortures et menaces de mort subies avaient rappelé les méthodes des années de plomb. [>> voir "Lettre d'un Sahraoui détenu à la prison de Laayoune remise à France Libertés le 4 novembre 2002".] [>> voir semaine 39 /2002 et semaine 40 / 2002 ] -[>> voir Communiqué BIRDHSO, 14.03.03]
Les condamnés ont huit jours pour faire recours.

En réaction à ces jugements arbitraires, les étudiants universitaires sahraouis à Rabat ont organisé le 12 mars un sit-in devant le ministère des droits de l'homme et la direction des prisons. A Marrakech les étudiants sahraouis ont fait de même dans la cité universitaire et publié un communiqué, dans lequel ils dénoncent ces lourdes peines, expriment leur solidarité avec Tamek en grève de la faim illimitée, protestent contre le transfert de Nassiri et de Nigro à la prison de Aït Melloul, réclament la libération de tous les détenus politiques sahraouis, demandent aux organisations de défense des droits de l'homme, en particulier à Amnesty International et au BIRDHSO, de soutenir les détenus politiques sahraouis, et finalement dénoncent les intimidations dont sont victimes les défenseurs des droits de l'homme sahraouis.

D'ores et déjà trois journées de solidarité avec les détenus politiques et disparus sahraouis sont prévues les 19, 20 et 21 mars à Rabat. (>> programme )

SOLIDARITE

Le Comité belge de soutien au peuple sahraoui, en collaboration avec OXFAM-Solidarité, a organisé du 2 au 9 mars un vol charter aux campements sahraouis à Tindouf. La délégation comprenait des représentants syndicaux et d'ONG, des délégués du secteur médical et du Comité belge de soutien au peuple sahraoui. Mais la plus grande partie de la délégation était celle de la ville de Geel, jumelée avec le camp de réfugiés de Smara. Conduite par M. Frans Peeters, bourgmestre de Geel, elle comprenait une soixantaine de jeunes de mouvements de jeunesse de Geel et des environs. (communiqué)

INTERNET

NOUVELLES PUBLICATIONS
[Il est possible que des liens externes vers des journaux ne soient plus valables après quelques jours]

Français

Les dépêches, articles, etc, sont accessibles aux non-abonnés sur Sahara-Info, liste de courrier (français et espagnol): http://es.groups.yahoo.com/group/sahara-info/messages

English

English publications on Sahara Update mailinglist: http://groups.yahoo.com/group/Sahara-update/messages

Castellano

Todos los despachos, articulos de prensa, etc, son acessible por no-abonados en Sahara-Info, lista de correo (castellano y francés): http://es.groups.yahoo.com/group/sahara-info/messages

Noticias de prensa, Recopilación semanal de todos los articulos de la prensa de España: http://www.nodo50.org/labarored/interpueblos/Sahara/

português

deutsch

Norwegian

for more please contact the Norwegian Support Committee for Western Sahara: wsahara@online.no


Vous pouvez vous inscrire sur notre liste de diffusion pour recevoir régulièrement les Actualités hebdomadaires par e-mail


Cliquez sur le logo pour s'inscrire


[Sommaire actualités hebdomadaires] [Western Sahara Homepage]