SAHARA OCCIDENTAL - ACTUALITES

SEMAINES 43-44 : 23.10. - 05.11. 2005

RASD

18.10.05, disparus
Partant des révélations de l'IER concernant la découverte de sépultures de victimes des bagnes secrets marocains, parmi lesquelles en majorité des Sahraouis (voir semaines 41-42), le président M. Abdelaziz a adressé une lettre au secrétaire général de l'ONU lui demandant d'éclaircir le sort de tous les disparus sahraouis, plus de 500 personnes, et de151 prisonniers de guerre. [
texte complet SPS, 02.11.05]

24.10.05, émigration clandestine
Le président de la République sahraouie s'est adressé à l'Union africaine pour qu'elle contribue à la prise en charge des migrants clandestins. Au Conseil de sécurité, Mohamed Abdelaziz a reproché "qu'aucune mesure rigoureuse n'ait été prise pour mettre un terme aux pratiques inhumaines commises par le gouvernement marocain". Il a d'autre part appelé à l'ouverture d'une enquête internationale sur le même sujet.

24-27.10.05, Visite officielle du président sahraoui au Pays basque
Le président sahraoui a été reçu à Vitoria-Gasteiz, Bilbao et San Sebastian. Lors de la réception offerte par le lehendakari Juan José Ibarretxe à Vitoria, celui-ci a déclaré espérer que le peuple sahraoui ne sera pas le peuple oublié du 21ème siècle. Le président sahraoui, de son côté, s'est dit très préoccupé par la situation des citoyens sahraouis dans les territoires occupés, au sud du Maroc et dans les campements de réfugiés. Il a estimé que les relations entre les deux peuples basque et sahraoui seront très utiles lors de la construction de l'Etat sahraoui après l'indépendance. Mohamed Abdelaziz a dénoncé "l'intransigeance du Maroc" et réaffirmé que le problème du Sahara Occidental doit être résolu "conformément à la légalité internationale", au cours d'une réception organisée en son honneur par le maire de Bilbao, Inaki Azkuna. La visite officielle du président Abdelaziz au Pays basque s'est terminée par des entretiens avec les responsables politiques des provinces d'Alava et Gipuzkoa.

27.10.05, appel
Le Front Polisario a lancé un appel aux organisations des droits de l'homme à travers le monde pour "venir en aide à un peuple et à une population civile dont le seul tort est de réclamer son droit à la liberté et à une existence digne", selon un
communiqué de la représentation du Polisario pour la Suisse et les Nations Unies.

01.11.05, pétrole - appel d'offres
Le gouvernement sahraoui avait lancé le 17 mai 2005 un appel d'offres pour des licences d'exploration pétrolière off shore. Il annonce la réception de nombreuses demandes, qu'il va maintenant examiner. [
SADR Licence Offering 2005: Update, statement by the Government of SADR, 01.11.05]

02.11.05, Madrid
Le coordinateur sahraoui avec l'ONU, Mhamed Khaddad, lors d'une conférence de presse, a demandé au gouvernement espagnol d'être conséquent avec ses déclarations en faveur de l'autodétermination du peuple sahraoui et de les traduire dans des actes, comme le Portugal l'a fait pour Timor-Leste. Il a dénoncé le détournement de l'aide de l'Union européenne, destinée à la lutte contre l'immigration clandestine, en faveur du renforcement de l'occupation marocaine du Sahara Occidental. [
Europa Press, 02.11.05]

03.11.05, mines antipersonnel
Le Front Polisario, représenté par le ministre de la Défense de la RASD, Mohamed Lamine Bouhali, signe l'Appel de Genève "pour la renonciation universelle aux mines antipersonnel" et "le respect du droit international humanitaire". Il s'engage à détruire les quelque 6000 mines en sa possession. L'Appel de Genève permet aux acteurs non étatiques de se conformer à la Convention d'Ottawa sur l'interdiction des mines, convention que le Maroc n'a pas signée. [
communiqué ] [statement]

TERRITOIRES OCCUPES ET SUD MAROC

Les manifestations de protestation ont atteint, à la veille de la fête de l'aïd el fitr traditionellement fériée, les établissements scolaires. Les étudiants des écoles secondaires et des lycées se sont réunis à l'intérieur et à l'extérieur des bâtiments scolaires pour protester contre l'occupation marocaine, criant des slogans en faveur de l'indépendance et exhibant des drapeaux sahraouis. En classe, ils ont entonné l'hymne sahraoui en lieu et place de l'hymne national marocain, obligatoirement chanté tous les matins dans les écoles du royaume. La direction de l'institution appelle la police, qui intervient à l'intérieur de l'école, frappe aveuglément et arrête plusieurs personnes.

Les écoles secondaires El Ayoun III, Allal Ben Abdallah, Bnou Abdillah, Attaawen, Kadi Ayad, El Khansa, les lycées Lamsalla, Hassan I, Lissane Eddine ben Alkhatib, Ibn Batuta, Mohamed V, Hassan II, Alawda ainsi que l'Institut de technologie appliquée ont été touchés par ces manifestations.
Des élèves du lycée Marche verte de Smara se sont joints au mouvement et ont manifesté le 26 octobre. Après l'habituelle et brutale intervention des forces de police, un étudiant a été mis en garde à vue.

Les forces d'intervention ont également été largement déployées dans les rues de El Ayoun avec une surveillance particulière des écoles. La police s'est mise à piller et saccager des domiciles particuliers et à arrêter des élèves à leur domicile, comme ce fut le cas pour Boghambour Otman le 24 ocotbre. 14 étudiants ont été temporairement arrêtés. Plusieurs condamnations à des amendes ont été prononcées.
La nuit, dans les quartiers sahraouis, on manifeste également, le défi consiste à hisser des drapeaux de la RASD sur des immeubles ou des pilônes électriques provoquant l'intervention brutale de la police.
-->
Photos des 27. - 29.10.05
-->
Photos 30.10.05

Dans la nuit du 30 au 31 octobre à El Ayoun les événements ont pris une tournure dramatique. Alors qu'un drapeau sahraoui avait été hissé sur un immeuble à l'avenue de Smara, les forces de police sont intervenues et ont isolé un petit groupe de jeunes Sahraouis, sur lesquels ils se sont acharnés. L'un d'eux, Hamdi Lembarki, a perdu connaissance à la suite des coups reçus sur la tête. Conduit à l'hôpital et opéré, il est officiellement décédé le 31 vers 16 h.
A peine connue cette triste nouvelle, d'autres manifestations ont éclaté, aussi bien à El Ayoun qu'à Smara et Boujdour. Elles se sont poursuivies le lendemain malgré un important déploiement des forces de police. De nombreuses personnes ont été blessées lors de nouvelles interventions de la police, qui a également procédé à des arrestations.

La famille du défunt a refusé la mise en terre de la victime, exigeant une enquête neutre. Elle a été éloignée par la force de son domicile, afin d'empêcher la poursuite des manifestations de sympathie, et a été isolée dans un quartier périphérique.

Les autorités prétendent qu'il s'agit d'un accident et que Lembarki a été victime d'un jet de pierre. Une enquête a toutefois été ouverte et une première autopsie a conclu au décès par traumatisme crânien. Les résultats d'une deuxième autopsie sont attendus incessamment.

Cette mort a déclenché de très nombreuses réactions, aussi bien du côté des autorités sahraouies que du mouvement de solidarité.
Mhamed Khaddad a interpellé le représentant spécial de l'ONU, Francesco Bastagli, pour lui dire que l'indifférence de l'ONU était intolérable. Pour le ministre des territoires occupés, Khalil Sidi M'hamed, il s'agit d'un assassinat, qui selon l'ambassadeur sahraoui à Alger, M. Beissat, est signé par l'Etat marocain. Le gouvernement sahraoui a ordonné un jour de deuil national et le Front Polisario a saisi le Conseil de sécurité pour qu'il mette un terme aux violations des droits humains par le Maroc.
L'AMDH a demandé une enquête indépendante et des organisations marocaines ont protesté.
L'OMCT, Organisation mondiale contre la torture, a lancé un appel urgent. [
Appel urgent de l'OMCT. Exécution extra-judiciaire/Mauvais traitements, 03.11.05 ]. D'autres réactions et informations sur la mort de Lembarki Hamdi et les événements du 30.10.05, sur une page spéciale.

D'autre part, les arrestations se sont poursuivies. C'est ainsi que Brahim Dahane, président de l'Association des victimes des violations des droits humains commises par l'Etat marocain, a été appréhendé le 30 octobre, alors qu'il manifestait après la mort de Lembarki. Interrogé par le procureur, il a été mis en garde à vue à la Prison noire pour constitution de groupe criminel, détention d'engins explosifs et refus de coopérer avec les autorités marocaines, selon son avocat, Lahbib R'guibi, cité par AFP. Selon le quotidien espagnol ABC le procureur s'intéressait à ses contacts avec le conseiller politique de l'ambassade américaine à Rabat et avec le journaliste Luis de Vega.

Le 31, la police arrêtait le jeune Sahraoui Badda Mohammed Badda, né en 1974, également pour participation dans les manifestations condamnant l'assassinat de Lembarki Hamdi. Le jeune homme est emprisonné depuis le 2 novembre 2005 à la Prison noire.

L'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'Homme, programme conjoint de l'Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et de la Fédération internationale des ligues des droits de l'Homme (FIDH), a lancé un appel à la suite des actes de violence perpétrés par les forces de police marocaines et les.arrestations, dont celle de Brahim Dahhane.[Appel urgent de l'Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l'Homme. Détention arbitraire / Poursuites judiciaires. 03.11.05]

03.11.05, arrestation
Boughanbour Abdelbaki Salek Abdelbaki né en 1945 a été arrêté par la gendarmerie royale marocaine aux environs d'Oum Dreiga, alors qu'il était à la recherche de son troupeau de chameaux. Il est accusé d'être impliqué dans le trafic de migrants clandestins.

03.11.05, témoignage
Selon le journaliste espagnolLuis de Vega
[ABC 03.11.05] une chape de plomb règne sur El Ayoun. A la veille de la commémoration du 30e anniversaire de la marche verte, le déploiement policier en uniforme et surtout en civil, empêche toute manifestation indépendantiste. Même la nuit, les jeunes ne peuvent plus se rassembler. Souvent, des gens s'approchent du journaliste pour lui dire discrètement «No somos marroquíes»,«nous ne sommes pas marocains» «Esto no es Marruecos» «ceci n'est pas le Maroc» ou bien «Viva el Frente Polisario». Les plus jeunes utilisent l'internet et évitent d'utiliser les téléphones mobiles, qui sont sur écoute.

Le 3 novembre, les détenus politiques sahraouis ont suspendu leur grève de la faim, débutée le 20 octobre, après l'engagement de la direction de la Prison noire à respecter le droit de visites sans fouille ni intimidation à l'égard des visiteurs

REFERENDUM

21-23.10.05
Les Verts européens ont appelé les Nations unies et l'Union Européenne à entreprendre les mesures nécessaires à même de mettre un terme aux violations marocaines des droits de l'homme au Sahara Occidental, selon une résolution adoptée lors de la 3ème conférence de leur Conseil, tenue entre le 21 et 23 octobre à Kiev.

23.10.05, Italie
Le Gouvernement italien réitère son soutien à l'application du plan de paix des Nations unies au Sahara Occidental, a déclaré le sous-secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Alfredo Luigi Mantica, répondant à une question à la Commission des affaires étrangères de la chambre des députés.

26.10.05, Italie
110 députés et sénateurs italiens, toutes tendances politiques confondues, ont adressé une lettre au roi du Maroc, Mohamed VI et à son gouvernement exigeant une enquête sur les graves crimes commis contre les défenseurs des droits de l'homme dans les territoires occupés du Sahara Occidental et le jugement des responsables de ces actes. Ils demandent également l'application des résolutions des Nations Unies concernant le référendum d'autodétermination. [
Texte intégral SPS]

26.10.05, Finlande
Sept organisations finlandaises ont appelé les Etats membres du Conseil de sécurité à "déployer tous les efforts diplomatiques" à même d'amener le Maroc à mettre un terme à ses violation systématiques des droits de l'homme au Sahara Occidental et à appliquer le Plan Baker. La lettre est signée par le Finnish Peace Committee - Suomen Rauhanpuolustajat, Peace Union in Finland - Suomen Rauhanliitto - YK-yhdistys, Committee of 100 in Finland - Suomen Sadankomitea, Finnish Psychologists for Social Responsibility - Suomen Psykologien Sosiaalinen Vastuu, Finnish UN Association - Suomen YK-liitto, Finnish Refugee Council - Suomen Pakolaisapu, International Solidarity Foundation - Kansainvälinen Solidaarisuussäätiö.

26-27.10.05, Parlement européen
Alors que le vice-ministre des Affaires étrangères du Maroc, Tayeb Fassi Fihri, se trouvait au Parlement européen à Strasbourg et rencontrait plusieurs commissaires européens et des parlementaires impliqués dans les relations avec le Maghreb, le président du Parlement, Josep Borrell, socialiste, proposait à la conférence des présidents de groupes de ne pas conclure le débat sur le thème des violations des droits humains dans le monde, en particulier au Sahara Occidental, par le vote d'une résolution. Selon Le Soir d'Algérie, les parlementaires socialistes espagnols proposaient au Maroc une transaction politique, le report des débats sur le Sahara Occidental contre des gestes forts et significatifs de Rabat. La réponse du Maroc n'est pas arrivée.
Le Parlement européen s'est donc finalement exprimé par un vote sur la résolution présentée par les principaux groupes parlementaires (PPE-DE, PSE, ALDE, Verts/ALE et Gue/NGL).
La résolution souligne la préoccupation du Parlement européen face aux graves violations des droits fondamentaux de l'être humain et exige "la protection des populations sahraouies et le respect de leurs droits", notamment "la libre expression et la liberté de mouvement". Elle "demande aux autorités du Maroc de libérer immédiatement les défenseurs des droits de l'homme, Mme Aminattou Haidar, Ali Salem Tamek et les 35 autres détenus politiques sahraouis".[
Texte intégral ] [Déclaration du ministre sahraoui délégué pour l'Europe Mohamed Sidati, 27.10.05]

28.10.05, ONU, Résolution du Conseil de sécurité S/RES/1634 (2005)
Le Conseil de sécurité a prorogé à l'unanimité le mandat de la MINURSO jusqu'au 30 avril 2006 et réaffirmé "sa volonté d'aider les parties à parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable, qui permette l'autodétermination du peuple du Sahara occidental dans le cadre d'arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies".

Le Front Polisario s'est déclaré satisfait de la résolution, selon une déclaration écrite de Boukhari Ahmed, représentant sahraoui auprès de l'ONU, qui a relevé que le Conseil a réaffirmé son "soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination" et refusé des propositions marocaines visant à "altérer la nature et le sens de l'implication de l'ONU dans la solution d'un conflit de décolonisation". [SPS].
Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères a déclaré que «la France soutient la recherche d'une solution politique agréée par l'ensemble des parties, dans le cadre et sous l'égide des Nations unies. Elle souhaite que ces six mois puissent être mis à profit par les parties pour travailler avec le Secrétaire général ainsi qu'avec son nouvel envoyé personnel, et entre elles, à un règlement mutuellement acceptable.»

29-30.10.05, Athènes, Premier congrès de la Gauche européenne
Les délégués ont adopté une résolution, malgré les tentatives des délégations marocaines pour l'empêcher, affirmant que le conflit du Sahara Occidental est un problème de décolonisation, soutenant la lutte légitime du peuple sahraoui et les résolutions de l'ONU, condamnant «la politique d'oppression et de répression menée par les autorités marocaines», et demandant la libération immédiate des prisonniers sahraouis. S'adressant à l'UE, la Gauche européenne lui demande de soutenir l'ONU et de condamner le Maroc.en utilisant les clauses de l'accord d'association relatives aux droits humains.

29.10.-03.11.05, Suède, 39e congrès du SAP
Le Parti social-démocrate (SAP) suédois, au pouvoir, membre de l'IS, a appelé son Gouvernement à s'engager au sein de l'Union européenne et à l'ONU en faveur du "droit du peuple sahraoui à l'autodétermination" et d'user de ses contacts avec le Maroc "pour mettre fin à son occupation" du Sahara Occidental. Une délégation sahraouie était invitée au congrès.

ESPAGNE

26.10.05
Le Congrès des députés (chambre basse du Parlement) et le ministère des Affaires étrangères ont «renoncé définitivement» à l'idée d'envoyer une délégation au Sahara Occidental pour s'enquérir de la situation des droits de l'homme, en raison des conditions posées par Rabat.

30.10.05, accords de Madrid
En réponse à une question d'un parlementaire, le gouvernement déclare que les accords de Madrid du 14.11.75 ont transmis l'administration du territoire au Maroc (et à la Mauritanie) mais pas la souveraineté sur le Sahara Occidental. Selon l'ONU, rapport Hans Corell de 2002, l'Espagne ne pouvait transmettre sa qualité de puissance administrante mais seulement ses pouvoirs administratifs sur le territoire.

ITALIE

28-29.10.05, Rome
III Conférence syndicale de solidarité avec les travailleurs sahraouis et pour un futur de paix au Sahara Occidental.
Cette conférence qui a réuni 25 organisations syndicales, dont des syndicats du Maroc, a adopté une déclaration finale dans laquelle elle se dit profondément préoccupée par les conditions de vie et de travail et la répression qui sévit dans le territoire du Sahara Occidental occupé. Les syndicats demandent la pleine application de la Charte des droits de l'homme et des conventions internationales pour tous les hommes et les femmes qui travaillent au Sahara Occidental. La Conférence veut favoriser l'ouverture d'un dialogue avec les syndicats du Maroc, qui ont participé à la conférence. Une mission conjointe sur place a été décidée. [SPS]

Un enseignant de l'Institut de technologie appliquée de El Ayoun, Sidi Brahim Eddia, a été arbitrairement exclu de son syndicat, l'UMT, à cause de ses activités syndicales en faveur des travailleurs sahraouis et parce que son père avait l'intention de participer à la conférence syndicale à Rome.

MAROC

13.10.05, aggression
L'étudiant sahraoui Lakhiar Abdellah Ghali a été agressé dans la nuit à Rabat par des Marocains qui ont tenté de l'assassiner. Il a subi une intervention chirurgicale en urgence à cause d'une blessure au niveau du foie. Les étudiants sahraouis à Rabat ont dénoncé ces faits et demandé la protection des autorités face à la discrimination dont ils font l'objet, attitude répandue dans de nombreuses universités du Maroc.
[photos]

CULTURE

26-30.10.05, La chanteuse sahraouie Mariem Hassan a participé au WOMEX (Foire internationale de la musique world) à Newcastle.

PROCHAINEMENT

5-12.11.05, Ravenna
DONNE SAHRAWI, VOCI DAL DESERTO
Mostre, libri, spettacoli, cinema, fiabe, incontri e dibattiti dedicati al popolo Sahrawi
Info:
PDF

MADRID : 11 Y 12 DE NOVIEMBRE 2005 - 30 AÑOS BASTAN
CONFERENCIA INTERNACIONAL - MARCHA POR LA LIBERTAD DEL PUEBLO SAHARAUI
Manifestación para denunciar los Acuerdos tripartitos de hace 30 años entre España, Marruecos y Mauritania sobre el Sáhara.
Programa
Declaracion de Madrid

FESTIVAL DE CULTURA SAHARAUI 2005 Campamentos de refugiados saharauis, 23, 24 y 25 de noviembre
vuelo Barajas-Tinduf-Barajas Fecha de salida: domingo, 20 noviembre a las 23,30h. fecha de regreso: domingo, 27 noviembre a las 23,00h
Info: Mohamed Ali Ali Salem, Responsable de Cultura, Delegación Saharaui para España, Móvil: 690 85 72 78 Fax: 949887552 Email:
saharacultura[at]yahoo.es

VIº Congresso della Gioventu Sahrawi 19. - 26.11.05
ai campamenti profughi di Tindouf
per informazioni: Comitato di Gemellaggio di Rosignano Marittimo:
cogemel[at]gemellagiorossignano.191.it o ANSPS ansps[at]libero.it
VIème Congrès de la Jeunesse sahraouie UJSARIO - Campements de réfugiés 19-26.11.05

"EL PATRIMONIO CULTURAL DEL SAHARA OCCIDENTAL. THE WESTERN SAHARA CULTURAL HERITAGE"
Del 6 al 9 de febrero de 2006. Campamento del 27 de Febrero, en los campamentos de refugiados (Argelia) y en el sahara occidental (República Árabe Saharaui Democrática)
Ministerio de Cultura de la República Árabe Saharaui Democrática, Museo Nacional del Pueblo Saharaui
Institut del Patrimoni Cultural de la Universitat de Girona
Infos: Narcís Soler i Masferrer
Universitat de Girona - Facultat de Lletres, Plaça Ferrater i Mora, 1, 17071 GIRONA 0034 972418788 / 972418200 fax: 972418230

INTERNET

NOUVELLES PUBLICATIONS
[Il est possible que des liens externes vers des journaux ne soient plus valables après quelques jours]

Français

>> Revue de la presse internationale francophone http://fr.groups.yahoo.com/group/revue-de-presse-sahara-occidental/messages

English

English publications on Sahara Update mailinglist: http://groups.yahoo.com/group/Sahara-update/messages

Castellano

Revista de la prensa en español http://es.groups.yahoo.com/group/revista-de-prensa-sahara-occidental/messages

Italiano

Swedish

Portugais


Vous pouvez vous inscrire sur notre liste de diffusion pour recevoir régulièrement les Actualités hebdomadaires par e-mail


Cliquez sur le logo pour s'inscrire


[Sommaire actualités hebdomadaires] [Western Sahara Homepage]