SAHARA OCCIDENTAL - ACTUALITES

SEMAINES 21-22 : 22.05. - 04.06. 2005

RASD

20.05.05, Message Bouteflika pour le 32 ème anniversaire du Front POLISARIO
Le président algérien, dans son message à l'occasion du 32ème anniversaire de la création du Front Polisario, déclare que «l'Algérie est déterminée à oeuvrer pour l'édification d'une Union forte [Union du Maghreb Arabe] pour servir les intérêts de l'ensemble des peuples de la région, sans se défaire de ses principes notamment en ce qui concerne votre appui en tant que mouvement de libération reconnu dans les forums internationaux et, en premier lieu l'ONU et le Conseil de sécurité. Engagé comme nous l'avons toujours été, nous irons en Libye fidèle à nos promesses. (..) l'Algérie soutient cette cause et toutes les autres conformément à la charte de l'ONU en vue d'aider le peuple sahraoui ainsi que tous les peuples à recouvrer leur liberté et leur indépendance.»

21.05.05, Parlement sahraoui
Le Président de la République, Mohamed Abdelaziz, a procédé à la pose de la première pierre du siège du Parlement sahraoui à Tifariti dans les territoires de la RASD. La construction de ce bâtiment, qui aura la forme d'une tente, est estimée à 180 000 euros. 150 logements destinés à des citoyens sahraouis, financés par l'Andalousie, seront également construits au même endroit.

22.05.05, Afrique du Sud
Mohamed Abdelaziz a reçu à Tifariti le premier ambassadeur d'Afrique du Sud en RASD, M. Ratubatsi Super Moloi, qui lui a présenté ses lettres de créances en tant qu'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire. La cérémonie s'est déroulée pour la première fois dans les territoires libérés de la RASD.

02.06.05, Panama
L'ambassadeur sahraoui auprès du Panama est reçu en audience par le premier vice-président et ministre des Affaires étrangères, S. L. Navarro. Celui-ci renouvelle le soutien et la solidarité de son gouvernement à la juste lutte du peuple sahraoui.

TERRITOIRES OCCUPES ET SUD MAROC

17.05.05, Interview
Brahim Sabbar, secrétaire général de l'Association sahraouie des victimes des violations des droits humains, dans une interview publiée par le magazine marocain "El Baydaoui", estime que l'ONU doit constituer un tribunal international pour juger les crimes contre l'humanité au Sahara Occidental, à l'image de ce qu'elle a fait en Yougoslavie ou au Rwanda.

INTIFADA

Depuis près de 2 semaines le Sahara Occidental occupé est le théâtre de manifestations populaires en faveur de l'autodétermination et de l'indépendance, sévèrement réprimées par la police.

Les manifestations ont commencé spontanément dimanche 22 mai, suite au transfert la veille du prisonnier sahraoui Haddi el Kainan de la Prison noire à celle d'Aït Melloul près d'Agadir - ce détenu avait rejeté la nationalité marocaine et renvoyé ses papiers d'identité. Suite à l'intervention brutale de la police, qui a causé de nombreux blessés, des manifestations ont été organisées les jours suivants dans les quartiers majoritairement sahraouis. Aux protestations contre les violations des droits humains se sont rapidement ajoutées des revendications indépendantistes. La foule scande des slogans hostiles au Maroc et en faveur de l'indépendance. Des jeunes brandissent des emblèmes de la RASD. Des drapeaux marocains sont brûlés.
La réponse policière a été extrêmement violente. Aux forces de police traditionnelles se sont joints les GUS, les Groupes urbains de sécurité nouvellement créés, ainsi que des militaires, amenés en renfort du Sud Maroc. Les policiers, à la recherche des activistes, fouillent systématiquement les maisons, pénétrant de force, détruisant tout sur leur passage, emmenant jusqu'à des familles entières. On est sans nouvelles de près de 40 personnes. Certaines ont été retrouvées plus tard à l'extérieur de la ville, près de la décharge publique ou dans l'oued Saguia. De nombreux blessés ont tenté de rejoindre les hôpitaux, mais le personnel soignant a souvent refusé de les recevoir. 13 maisons ont été dévastées. Hay Maatalla est cerné par les forces de police, c'est un état de siège non déclaré. Des hélicoptères militaires survolent la ville. On parle de 60-150 blessés des deux sexes, un bilan exact est impossible. Plusieurs défenseurs des droits humains sont brièvement arrêtés, menacés, insultés ou même battus.

A la différence des émeutes de 1999, la première "intifada", de très nombreuses photos des manifestations sont diffusées. [voir sur les sites Västsahara, Cahiers du Sahara, AFAPREDESA ]

Le 28 un groupe de 40 détenus est présenté au juge et 30 (33 selon une source marocaine) sont déférés aux tribunaux, 10 sont remis en liberté provisoire. Il y aurait eu 70 arrestations.

Les médias, dans une première phase, ont été éloignés: un caméraman de la TV régionale d'El Ayoun est frappé par la police, un reporter d'Assahifa est expulsé d'El Ayoun, l'équipe de la TV qatari Al Jazira ne peut sortir de l'aéroport, celle de la TV espagnole est cantonnée dans son hôtel.
Le 29 mai, le pouvoir organise une visite sur place pour la presse. Alors que le wali venait de déclarer aux journalistes que tout est rentré dans l'ordre, ceux-ci se trouvent face à un nouveau rassemblement. La TV espagnole filme des manifestants scandant "viva polisario, autodeterminacion !". [
voir vidéo] Des contre-manifestants marocains, rassemblés à la hâte, s'attaquent aux citoyens sahraouis devant l'hôtel Negjir. La police intervient. Ce jour-là, la liaison satellitaire des téléphones mobiles avait été coupée. Le 30 mai nouveaux troubles, les arrestations et les disparitions se poursuivent. Le 2 juin une journaliste espagnole est expulsée pour "fausses déclarations".

Les troubles se sont aussi étendus aux autres localités des zones occupées. A Boujdour deux personnes sont arrêtées le 29, trois maisons saccagées. A Dakhla une manifestation réuni le 31 mai 1500 Sahraouis. A Smara des sit in ont lieu le 31 mai et le 1er juin. On parle d'arrestations et de blessés.
Au Sud Maroc, à Assa, Tan-Tan et Goulimine, les communautés sahraouies se manifestent également.

Au MAROC les nombreux étudiants sahraouis protestent. A Rabat le 27 les étudiants sahraouis manifestent leur solidarité avec les manifestants d'El Ayoun. Ils sont brutalement réprimés sous les caméras de la TV espagnole [voir vidéo]. Des étudiant-e-s sont arrêté-e-s. D'autres mouvements ont lieu dans les universités, à Fez, Agadir, Marrakech. On parle de 17 ou de 44 arrestations à Agadir, de 12 blessés.

L'AFAPREDESA signale la disparition le 1er juin.de 3 citoyens sahraouis, arrêtés sans motifs apparents à Marrakech et transférés à Rabat.
Des défenseurs des droits humains ont été appréhendés, maltraités et menacés suite aux affrontements à El Ayoun. Parmi eux entre autres le président de la section locale de l'AMDH, Association marocaine des droits humains, M. Fadel Gaoudi, Salek Bazeid (gravement blessé), etc.
Plus récemment Brahim Sabbar, Daha Errahmouni, Brahim Dahane et Daillal Mohamed Saleh, membres du bureau exécutif de l'Association des victimes sahraouies des violations des droits humains, ont été encerclés par la police alors qu'ils rendaient visite à une victime des affrontements. La police a confisqué leur carte d'identité en proférant des insultes et des menaces. Une foule s'étant rapidement réunie sur place, la police les a libérés de crainte d'une nouvelle manifestation.
Elmami Amar Salem et des membres du Comité contre la torture de Dakhla, sont suivis durant plusieurs heures, et Talbi Alayat Sidi Mohamed Lehbib a subi interrogatoire et tortures durant la nuit du 2 au 3 juin dans les locaux de la police.

REACTIONS

Le 26 mai le président sahraoui demande au Conseil de sécurité de protéger la population sahraouie. Le ministre des Affaires étrangères sahraoui fait de même quelques jours plus tard, alors que la représentations du Front Polisario en Suisse demande la mise en place d'une commission d'enquête internationale, la nomination d'un Rapporteur Spécial et l'ouverture du territoire sahraoui aux médias et observateurs internationaux. L'Union des Juristes sahraouis écrit à Mme Louise Arbour Haut Commissaire aux droits de l'homme de l'ONU.

Pas de réaction à ce jour du côté de l'ONU. Mais on parle d'un rapport interne de la MINURSO de 19 pages sur les événements.

Le ministre espagnol des Affaires étrangères révèle avoir envoyé un appel à la "sérénité" au Maroc, au Front Polisario et à l'Algérie, estimant qu'il faut "mobiliser les parties", pour "reprendre le dialogue au sein des Nations Unies" (...) "pour trouver une solution définitive" au conflit. [agences]
Le ministre de la Justice, Lopez Aguilar, s'est déclaré le 28 en faveur d'un appui diplomatique et politique de l'Espagne pour parvenir à une solution pacifique au conflit du Sahara Occidental.
Le Gouvernement sahraoui se déclare "déçu" des déclarations du ministre Angel Moratinos et de la politique générale du nouveau Gouvernement espagnol en ce qui concerne le conflit de décolonisation non achevé du Sahara Occidental dans lequel l'Espagne assume une responsabilité morale et politique". [SPS]

Par contraste avec la position du gouvernement central espagnol, des gouvernements provinciaux, comme les Cortes d'Aragon et le parlement de Navarre, ou d'autres institutions, comme la région de Murcie ou la mairie de Saragosse, ont pris position en faveur des droits du peuple sahraoui et condamné la répression marocaine.
On signale de très nombreuses manifestations: Algeciras, Séville, Madrid, Almeria, Alicante, Murcie, Bilbao, Burgos, La Corogne, Las Palmas de Gran Canaria, Santander, Palma de Majorque, St-Jacques, Pampelone, Barcelone, Valence, etc. et de nombreuses prises de position, dont celles de FEDISSAH, CEAS, des associations de solidarité de l'Andalousie, Catalogne, Canaries, Murcie, Avila, de la Ligue espagnole Pro Derechos Humanos, etc., etc. La FEDISSAH, Federacion estatal de instituciones solidarias con el pueblo saharaui, annonce le départ pour El Ayoun d'une délégation d'élus et de représentants d'ONG pour une mission mission d'observation du 5 au 8 juin.
Dans de nombreux autres pays, les déclarations de solidarité sont nombreuses. Une manifestation s'est déroulée à Paris le 4 juin.

Au Maroc on banalise à défaut de pouvoir nier les faits:
Il s'agissait «d'un fait social tout à fait banal et qui relèverait du fait divers sous d'autres cieux».
L'intervention policière consistait en une «mission de préservation de l'ordre public et de la quiétude des citoyens».
Il y a aussi les explications fantaisistes: «Les évènements qu'a connus cette semaine la ville de El Aaiun sont le résultat de la tentative d'une minorité d'exploiter le climat de démocratie et de liberté qui prévaut dans le Royaume, pour véhiculer des discours hostiles et à connotation séparatiste», a affirmé le wali de El Aaiun, ajoutant que «le soulèvement se limitait à une seule ruelle dans un seul quartier ... Maâtallah», et que «des éléments séparatistes auraient fait boire de l'eau-de-vie à des mineurs afin qu'ils commettent ces émeutes». Selon une autre source, «plusieurs gamins ont reçu la somme de 300 DH pour commettre des actes de destruction au profit des séparatistes.»
Ou alors on avance la thèse du complot algéro-hispano-polisarien....

02.06.05, Appel au Marocains
Dans une «lettre aux élites marocaines», le président sahraoui estime qu'«il n y a plus de raison pour que les intellectuels démocrates, les élites , les partis politiques et les instances de la société civile cautionnent la politique du gouvernement marocain (...). Le peuple marocain frère, avec toutes ses composantes et ses forces vives, se doit de relever le défi, celui de la paix, afin d'être en conformité avec les résolutions internationales et les valeurs humanitaires qui constituent le socle des droits de l'homme et celui de l'autodétermination des peuples.... Notre confiance est grande en vous, élites et peuple marocain frère. La main de la paix que nous vous tendons est sincère. Joignons&endash;nous pour regarder ensemble l'avenir avec optimisme et espoir, l'avenir radieux auquel aspire nos peuples frères et nos générations futures.»

De très nombreux documents, photos, vidéos, articles de presse sont consultables sur les pages spéciales:

ARSO
Western Sahara Online
Cahiers du Sahara
AFAPRDESA
Västsahaara.org

REFERENDUM

21.05.05, Asturies
Le parlement des Asturies approuve à l'unanimité une déclaration de soutien au peuple sahraoui, dans laquelle le parlement demande au gouvernement central espagnol de favoriser toutes les initiatives politiques afin de parvenir au respect du droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.

23.05.05, Afrique du Sud
La ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Mme Nkosazana Dlamini Zuma, a déclaré au journal émirati "Daily Star" que "la question du Sahara Occidental est une question d'autodétermination, c'est un principe auquel nous tenons énormément, pour tout le monde". Le conflit du Sahara Occidental doit être réglé à travers un référendum sous les auspices de l'ONU, a-t-elle ajouté.

23.05.05, Résolution de la Commission des Affaires étrangères du Sénat italien
La Commission demande au gouvernement de prendre les initiatives nécessaires, auprès de toutes les organisations internationales, en particulier auprès de l'ONU, de l'UE et du Conseil de l'Europe, afin de parvenir rapidement à une position commune du Maroc et du Front Polisario pour mettre en oeuvre le plan Baker.

MAROC

Citation: «Presse. Khali Henna dérape
C'est à coups de pieds que Mounir El Ktaoui, journaliste à El Bidaoui, a été sorti d'une réunion de notables sahraouis pro-Maroc, tenue dans un hôtel de Rabat le 24 mai et animée par Khali Henna Ould Errachid, président du conseil municipal de Laâyoune. L'objet de la réunion était de contrer les indépendantistes, de plus en plus visibles médiatiquement. El Bidaoui aurait le tort d'être une tribune qui leur donne la parole. C'est ce qu'a expliqué Khali Henna avant de jeter théâtralement à terre un exemplaire d'El Bidaoui qu'il tenait à la main, et de dire à ses hommes (en hassani) de sortir El Ktaoui de la salle. Si c'est comme ça qu'ils veulent convaincre la presse de la justesse de leur cause...» [
telquel] Reporters sans frontières a protesté contre cette agression.

Les autorités marocaines poursuivent leur mobilisation des milieux sahraouis pro-marocains.
Par un curieux hasard, en même temps que le Sahara Occidental occupé s'embrasait, 300 personnalités sahraouies se rendaient au Maroc et rencontraient des membres du gouvernement et les chefs des partis politiques pour mettre au point une nouvelle stratégie permettant de lutter contre la contestation et la volonté d'indépendance de la population des territoires occupés.

UMA

23.05.05, Sommet de l'UMA, le roi du Maroc renonce
En réaction au message du président algérien au secrétaire général du Front Polisario a été considéré par les autorités marocaines comme «attentatoire au sentiment national du peuple marocain, par la référence explicite à une nécessaire "souveraineté et indépendance du peuple sahraoui sur son territoire"». (...) Par conséquent, «le roi du Maroc ne pourra pas participer personnellement au Sommet de Tripoli.» [MAP]

24.05.05: Le sommet de l'UMA prévu en Libye les 25 et 26 mai est reporté sine die.

AIDE HUMANITAIRE

Depuis deux mois, 46 ressortissants du Bangladesh sont pris en charge par le Front Polisario à Tifariti. Arrivés à Casablanca, ils ont été transportés dans le désert où leur guide les a abandonnés, après leur avoir subtilisé leurs passeports. Recueillis par les militaires sahraouis après leur passage du mur, qui les logent et les nourrissent, ils attendent que la communauté internationale s'occupe d'eux. [S.O.S. en el Sahara, Luis de Vega, ABC, 20.05.05] [voir aussi des cas plus anciens, semaines 25-26/2004]

III Encuentro de casas de enfermos saharauis en Sabadell
Durante los dias 21 y 22 de mayo se reunieron en Sabadell los responsables de las casas de enfermos del estado español. Durante la reunión se debatieron los mecanismos para agilizar la evacuación de los enfermos a la vez que se pidio a las autoridades españolas agilicen las tramitaciones de visados para poder entrar en España por motivos de salud. La reunión también trató de como poder aumentar la eficacia de las casas de niños a través de la coordinación con el programa del "Niño saludable" que tiene un programa espacífica para velar por la salud de los niños saharauis. El conjunto de los asistentes agradecieron a "Solidaris amb el poble saharaui" por la excelente acogida y los buenos resultados de la reunión.

SOLIDARITE

La Asociación para la Cooperación con el Sur &endash;ACSUR- Las Segovias, se complace en invitarte a la charla &endash; coloquio: La mujer saharaui en el exilio, que tendrá lugar el próximo lunes 6 de junio de 2005, a las 19:00h, en el Hemiciclo de la Facultad de Letras de la Universidad de Murcia, sita en el Cámpus de la Merced. Intervienen: Fatma el - Mehdi (Secretaria de la Unión Nacional de Mujeres Saharauis), Alejandro García (Profesor Titular UM - Autor de "Historias del Sahara, el mejor y el peor de los mundos"). ACSUR &endash; Las Segovias (Región de Murcia)

Regione calabria azienda sanitaria n. 3 - Rossano
Patto di Amicizia e Cooperazione Con il popolo Saharawi
Giovedì 26 maggio ore 18,00, Sala Convegni A.S. N. 3 Rossano
Interverranno Dott. Achille Gentile (D.G. A.S. n. 3 Rossano) Omar Mih (Rappres. Popolo Saharawi)
Umberto Romano (Scrittore) Tonino Caracciolo (Coop. con il popolo Saharawi) O.le Nicola Adamo (V.P. Giunta Regionale Calabria) O.le Doris Lo Moro (Ass.re Sanità Regione Calabria).

Gonfreville: Retour de la mission de co-développement dans le camp sahraoui de J'Refia
Le 14 mai dernier, 4 jeunes Gonfrevillais accompagnés de 3 représentants du Comité de Jumelage de Gonfreville l'Orcher revenaient d'un voyage dans les camps sahraouis situés au Sud-Ouest de l'Algérie. Les jeunes ont aidé les autochtones à terminer la construction de murs autours de jardins pour protéger les cultures du vent. Les yeux grands ouverts, ils ont découvert une population accueillante et mobilisée pour la cause de leur peuple. Gonfreville est jumelé à J'Refia, camp sahraoui au Sud de l'Algérie, depuis 1993.

CULTURE

El 20 de mayo tenían lugar en la Universidad de Alicante el encuentro «La poesía en la vida del pueblo saharaui», organizado por la Asociación Dajla, solidarios con el pueblo saharaui, de San Vicente del Raspeig.

PROCHAINEMENT

Jornadas internacionales de arqueologia: pasado y presente sahara occidental, previsto su organizacion en la 31 conferencia de coordinacion europea 2005 tifariti
El ministerio de cultura y deporte de la republica arabe saharaui democratica, tiene el honor de invitar a todos los arqueologos y antropologos, que han tenido la ocasion de realizar cualquier estudio o expedicion en el sahara occidental en estos ultimos años a participar en estas jornadas para unir sus voces con las nustras, con un interes centifico, para que el arte rupestre del sahara occidental pueda ser reconocido como patrimonio de la humanidad. esta sera la mejor manera para asegurar su preservacion a la vez que lo daria a conocer a nivel mundial la unesco.
Objetivos: - eponer y explicar la situacion actual del arte rupestre del sahara occidental y poner en comun los diferentes estudios y trabajos centificos, que profesionales de la arqueologia han llevado a cabo en el sahara occidental.

INTERNET

NOUVELLES PUBLICATIONS
[Il est possible que des liens externes vers des journaux ne soient plus valables après quelques jours]

Français

>> Revue de la presse internationale francophone http://fr.groups.yahoo.com/group/sahara-info/messages  avec plusieurs SPECIAL INTIFADA

English

English publications on Sahara Update mailinglist: http://groups.yahoo.com/group/Sahara-update/messages

Castellano

Revista de la prensa en español http://es.groups.yahoo.com/group/sahara-info/messages con ESPECALES INTIFADA

Portugais

Publications en Arabe, italien , norvégien, suédois, hongrois etc sur la page spéciale INTIFADA


Vous pouvez vous inscrire sur notre liste de diffusion pour recevoir régulièrement les Actualités hebdomadaires par e-mail


Cliquez sur le logo pour s'inscrire


[Sommaire actualités hebdomadaires] [Western Sahara Homepage]