SAHARA OCCIDENTAL - ACTUALITES

SEMAINES 37 - 38 : 05.09. - 18.09. 2004

RASD

05.09.04
Madagascar
Le ministre des Affaires étrangères sahraoui, Mohamed Salem Ould Salek, a été reçu à Antananarive par le ministre malgache des Affaires étrangères, Marcel Ranjeva, auquel il a remis un message du Président Mohamed Abdelaziz ayant trait aux relations bilatérales et aux derniers développements de la question du Sahara Occidental.

06.09.04
Panama
Le vice-président et ministre des affaires étrangères panaméen, Samuel Lewis Navarro, a réaffirmé son soutien à "la lutte du peuple sahraoui pour son indépendance" au cours d'une rencontre avec une délégation sahraouie conduite par le Président du Parlement, Mahfoud Ali Beiba, accompagné du ministre conseiller à la présidence, Ahmedou Souilem et de l'ambassadeur sahraoui auprès du Panama, Salama Teyeb. La même déclaration a été faite par le président du Parlement panaméen, Jerri Wilson, deux jours plus tard à la même délégation, réunie avec tous les membres de la commission des Affaires étrangères du Parlement..

08-09.09.04
Union africaine
Mohamed Abdelaziz a assisté à Ouagadougou aux travaux du Sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union africaine, consacré aux "Stratégies pour la création d'emplois/promotion et amélioration des moyens de subsistance durables". M. Abdelaziz était accompagné d'une délégation comprenant Mohamed Salem Ould Salek, Ministre des affaires étrangères, Mohamed Khaddad, coordinateur avec la MINURSO, Malainin Sadiq, Ministre Conseiller à la Présidence, Zannan Mohamed Brahim, Ambassadeur auprès de l'UA et Aabdati Breika, Conseiller de presse à la présidence.

11.09.04
Déclaration Mohamed Sidati sur le terrorisme.

12-14.09.04
Espagne - Parti populaire
Le Secrétaire des Relations extérieures du Parti Populaire (PP) espagnol, Jorge Moragas, a séjourné dans les camps de réfugiés sahraouis. "Mon voyage répond à une invitation du Front Polisario, a-t-il déclaré, dans le but de nous informer sur le terrain de la situation dans laquelle se trouvent plus de 120.000 réfugiés sahraouis, de connaître l'évaluation par les autorités sahraouies de l'actuel processus de paix onusien et finalement de réitérer au peuple sahraoui la position du PP sur le conflit", position qui "consiste à favoriser une solution négociée entre les parties dans le cadre des résolutions des Nations unies." C'est la première fois que le PP, qui a toujours maintenu des contacts avec le Front Polisario, envoie officiellement un dirigeant dans les camps de réfugiés.
Moragas a rencontré le Secrétaire général du Front Polisario, le Premier ministre ainsi que plusieurs membres du gouvernement et le Représentant spécial de l'ONU Alvaro de Soto. Moragas a demandé au nouveau gouvernement espagnol de ne pas modifier la position du gouvernement antérieur et souligné que l'imprécision et l'improvisation du nouveau gouvernement socialiste ont suscité méfiance et suspicion parmi la population sahraouie. [
La Razon, 12.09.04]

15.09.04
Reconnaissance diplomatique - ouverture d'ambassade
L'Afrique du Sud annonce la reconnaissance officielle de la RASD dans un communiqué commun signé par la ministre sud-africaine des Affaires étrangères Dlamini-Zuma et son homologue sahraoui Ould Salek, concrétisant après plus de 8 ans la promesse faite par Nelson Mandela en 1996. [
semaine 27/1996]
L'Afrique du Sud avait justifié ce long "report", qui n'a pas empêché des relations très étroites entre les deux partenaires, par les "conseils" de pays amis du temps de la lutte contre l'apartheid (le Maroc, la France, les USA ainsi que des pays arabes en l'occurence) et par le prétexte de ne pas vouloir interférer dans le processus d'autodétermination en cours. Le pas franchi a été motivé, selon des sources officielles, par une décision conforme aux principes et buts de l'UA et de la Charte de l'ONU. C'est une conséquence de l'attitude intransigeante du Maroc qui, après avoir accepté le Plan de paix de l'ONU pendant des années, refuse maintenant toute solution qui prône le droit à l'autodétermination du peuple sahraoui. Bien que selon des sources officielles la décision dûment motivée ait été transmise au Maroc le mois passé déjà, la réaction des autorités du Royaume a été vive: rappel immédiat de l'ambassadeur et propos virulents.
L'ambassade de la RASD a été inaugurée le 16.09. à Prétoria en présence du ministre sahraoui des Affaires étrangères et des membres de la délégation sahraouie du Parlement Panafricain qui tient session en ce moment à Midrands (AS). Lors de la séance inaugurale de cet organe de l'UA créé en mars dernier, le président Thabo M'Beki a qualifié de "honteux" le fait que le peuple du Sahara Occidental n'ait pas encore pu exercer son droit à l'autodétermination. Il a appelé les membres du Parlement à oeuvrer pour une solution du conflit.
>> Page spéciale - Special page - Pagina especial [revue de presse, réactions, etc]

18-19.09.04
Début de la visite officielle du ministre vénézuélien de l'énergie et des mines, Rafael Ramirez, émissaire d'Hugo Chavez, Président de la République Bolivarienne du Venezuela.[SPS]

TERRITOIRES OCCUPES

27.08.04
Jugement sommaire
Le 21 août 2004 Mohamed Mahmoud Fakak, né en 1973 à El Ayoun, a été arrêté pour avoir détruit une photo du roi sur un panneau en pleine rue de Smara. Il a été torturé durant six jours avant d'être forcé à signer de faux aveux (trafic de drogue...). Il a été condamné le 27.08.04 par le tribunal de première instance d'El Ayoun, en absence de son avocat et de sa famille, à 2 ans de prison. Il se trouve à la Prison Noire. Ces faits ne sont connus que tardivement en raison de la nouvelle méthode des autorités qui consiste à tenir secrètes les arrestations et gardes à vue. Les jugements se font dans la précipitation sans avocats ni observateurs étrangers.

06-08.09.04
Informations des territoires occupés et du Sud Maroc
SMARA, 06-07.09.04 :
Un sit-in de diplômés-chômeurs a été dispersé brutalement. Le lendemain la ville était décorée de drapeaux sahraouis et de tracts indépendantistes qui ont été éliminés à l'aube par les services de voierie.
TANTAN, 06.09.04 :
Des drapeaux sahraouis et des banderoles hostiles aux autorités marocaines ont été déployées dans les rues. La police et l'armée ont redoublé leurs contrôles.
ASSA, 07.09.04 :
Une manifestation de protestation contre des dysfonctionnements administratifs et les mauvaises conditions de vie a abouti à des revendications indépendantistes et hostiles aux autorités marocaines. La police est intervenue.
Le 14 septembre, une nouvelle manifestation a rassemblé une grande partie de la population sahraouie dans les rues de la ville, en protestation contre les mauvaises conditions de vie, mais aussi pour réclamer l'indépendance. Arrivée devant la préfecture, les manifestant-e-s ont été bloqué-e-s par les forces de "l'ordre". [
AFAPREDESA]

06.09.04
Témoignage
Une journaliste, envoyée spéciale du quotidien espagnol La Vanguardia, a rencontré à Smara un activiste sahraoui des droits humains, condamné à cinq ans de prison pour ses liens présumés avec le Front Polisario. Après sa sortie de prison il fut à nouveau détenu plusieurs mois à la Prison Noire d'El Ayoun, après avoir rencontré des journalistes espagnols lors de la visite de Mohamed VI au Sahara. Il fut nommé par la suite président du Comité des victimes de Smara 2001. Il a témoigné du rejet de la politique pro-marocaine du nouveau gouvernement espagnol par les défenseurs des droits humains sahraouis et de leur désir de voir appliquer le plan Baker.
[La Vanguardia, 06.09.04]

14.09.04
L'activiste sahraoui Ali Salem Tamek a reçu un accueil chaleureux lors de sa visite à Dakhla. Des réunions ont été organisées avec des jeunes, des commerçants et des fonctionnaires pour discuter des violations des droits humains commis par les autorités d'occupation à l'encontre des citoyens sahraouis.[corr.]

16.09.04
Les deux prisonniers politiques Mohamed Mustafa Hadad et Mohmed Mahmud Fakak, récemment condamnés, ont vu leurs peines de prison aggravées en appel.
Lors de son procès Mohamed Haddad a rejeté les accusations fausses portées contre lui et a protesté contre les tortures subies. Il a revendiqué le geste d'avoir remplacé un drapeau marocain par un drapeau sahraoui pour montrer son soutien à l'autodétermination du peuple sahraoui. La peine de 8 mois de prison ferme et 5000 Dh d'amende a été aggravée à 2 ans par la cour d'appel.
Mahmoud Fakak a accusé la police et l'instruction d'avoir falsifié les actes d'accusation (trafic de drogue avoué sous la torture) et a affirmé haut et fort ses convictions en faveur de l'autodétermination, reconnaissant qu'il avait arraché une photo du roi Mohamed VI, symbole de l'occupation marocaine. Son discours ponctué de propos indépendantistes a été perturbé par l'intervention de policiers qui ont essayé de le faire taire sur ordre du juge et qui l'ont finalement sorti de la salle d'audience. La peine de 2 ans de prison ferme a été doublée à 4 ans par la cour d'appel. Comme d'habitude le procès des activistes sahraouis a donné lieu à la mise en place d'un important dispositif policier. [corr.]

REFERENDUM

06.- 14.09.04
Tournée du Représentant spécial de l'ONU et Envoyé personnel du Secrétaire général de l'ONU pour le Sahara Occidental, M. Alvaro de Soto, dans la région.

Maroc: 06.-07.09.04
M. Alvaro de Soto a été reçu à Meknès par le roi Mohammed VI. L'audience s'est déroulée en présence de Mohamed Benaïssa, ministre marocain des Affaires étrangères, Al Mostafa Sahel, ministre de l'Intérieur, Taib Fassi Fihri, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la Coopération et Mohamed Bennouna, Représentant permanent du Royaume du Maroc auprès des Nations unies. Selon les déclarations officielles le souverain a rappelé sa position en faveur d'une solution politique négociée dans le cadre de la souveraineté du Royaume et du respect de son "intégrité territoriale".
Le représentant spécial s'est ensuite rendu à El Ayoun, au siège de la MINURSO.

RASD: 11.-12.09.04
A la veille de la visite du Représentant spécial de l'ONU, le président sahraoui a, dans une déclaration, rappelé que:
- la question du Sahara Occidental est un problème de décolonisation,
- le Front Polisario veut poursuivre sa coopération avec l'ONU mais regrette le départ de Baker,
- le Maroc est responsable des blocages,
- la mission de M. Alvaro de Soto "ne peut sortir du cadre défini par les résolutions 1495 et 1541 du Conseil de sécurité, qui appellent à la mise en application du Plan de Paix de M. Baker, en tant que solution politique optimale du conflit du Sahara occidental",
- le Front Polisario rejette "toute tentative visant à sortir le problème du Sahara Occidental de son cadre de décolonisation". [SPS]
C'est le Premier ministre sahraoui qui a reçu l'envoyé onusien, en présence de M. M'Hamed Khaddad, membre du Secrétariat national et coordinateur avec la Minurso. A l'issue de la rencontre le Premier ministre a déclaré que "toute tentative visant à passer outre le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance est vouée à l'échec". Il a averti que le plan Baker "ne peut être ni remodelé ni réajusté" et que c'est "un tout à prendre ou à laisser comme l'a défini son auteur et comme le Front Polisario l'a accepté". [SPS]
Alvaro de Soto, pour sa part, a précisé que « le Secrétaire général m'a demandé de continuer à travailler avec les parties et les pays voisins à la recherche d'une solution politique juste, durable et acceptable par les parties», une solution «qui donne l'autodétermination au peuple du Sahara occidental suivant des modalités compatibles avec la Charte de l'ONU».
[
Tournée exploratoire du Représentant de l'ONU pour le Sahara occidental, ONU Nouvelles, 14.09.04]

Algérie: 14.-15.09.04
A Alger, M. de Soto s'est entretenu avec le ministre des Affaires étrangères, qui a rappelé la position de l'Algérie, qui "n'est ni le tuteur ni le porte-parole des Sahraouis". Le chef de la diplomatie algérienne a souligné que "l'Algérie s'en tenait au plan de règlement, à la légalité internationale et à l'accord de paix adopté par les Nations unies" .

14.09.04
Espagne - Débats parlementaires
Des débats sur la politique du gouvernement Zapatero sur le Sahara Occidental ont eu lieu dans les deux chambres parlementaires.
Le Sénat a adopté une motion du Parti Populaire, qui insiste pour que le gouvernement adopte des actions en faveur d'un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui. Formulée en termes restrictifs, elle rejette les démarches en faveur de négociations bilatérales ou régionales et exige la mise en oeuvre du plan Baker. Pour cette raison elle n'a pas obtenu l'aval du PSOE, qui s'est abstenu.
Le Congrès, quant à lui, a adopté à l'unanimité de tous les groupes, y compris le PSOE, un texte consensuel qui demande au gouvernement de défendre une solution du conflit dans le cadre de l'ONU, en accord avec la légalité internationale, et à promouvoir toutes les initiatives politiques pouvant contribuer à un accord entre les parties, initiative qui respecte le droit à l'autodétermination conformément à la Charte de l'ONU.
Le ministre des Affaires étrangères Moratinos a exprimé son agacement à l'issue du vote du Sénat et a déclaré que le plan Baker n'est pas "sacrosaint" et a trouvé "étrange" que le Sénat demande à l'exécutif de ne pas favoriser des accords bilatéraux ou régionaux pour récoudre le conflit... Ce qui fait dire à des observateurs que l'Espagne, membre du Conseil de sécurité, pourrait plaider non pas pour une prolongation technique du mandat de la MINURSO à fin octobre, mais, en accord avec la France, pour une remise en question du Plan Baker.
[
Mocion publicada en el Boletín Oficial de las Cortes Generales, Senado, Serie I, número 68, de fecha 13 de septiembre de 2004). (Núm. exp. 662/000023] [Proposición no de Ley sobre la situación del pueblo saharaui. (162/000121) , Texto completo PDF]

14.09.04
La présidente de Eusko Alkartasuna (EA), Begoña Erratzi, a rencontré le chef du gouvernement espagnol et lui a demandé de continuer à exiger un référendum au Sahara Occidental et la mise en oeuvre des résolutions de l'ONU.

15.09.04
France - Espagne
A la question de savoir si la France était prête à répondre positivement à l'appel de Moratinos à travailler de concert avec l'Espagne pour arrêter une position et une initiative communes sur le dossier du Sahara Occidental, le porte-parole du Ministère français des Affaires étrangères a répondu: 'Vous savez que la France est favorable à la recherche d'une solution politique réaliste et durable à la question du Sahara occidental, qui recueille l'accord des parties dans le cadre des Nations unies. Dans ce contexte, nous soutenons pleinement l'action de M. Alvaro de Soto, Représentant spécial du SGNU. A ce titre, nous nous concertons régulièrement avec l'ensemble des membres du Conseil de Sécurité, y compris donc l'Espagne."[
Ministère de Affaires étrangères, France, 15.09.04]

15.09.04
Bruxelles - Union européenne
Le nouvel intergroupe du Parlement européen "Paix pour le peuple sahraoui" s'est constitué dans la foulée des élections de cet été. Une cinquantaine de parlementaires en font partie. L'eurodéputée Karin Scheele, socialiste autrichienne, a été appelée à la présidence du groupe et un bureau a été élu. La séance inaugurale a permis un examen des principaux axes des activités futures et un tour d'horizon de la situation actuelle, avec la contribution de Mohamed Sidati, ministre sahraoui responsable pour l'Europe.

SOLIDARITE

03.09.04, Baleares
En torno a mil quinientas personas se manifestaron el pasado viernes 03.09.04 por las calles de Palma de Mallorca bajo el lema de "Sáhara, no más traiciones", en defensa del pueblo saharaui y su derecho a la autodeterminación.

06. -09.09.04
L'association espagnole Plataforma de Mujeres Artistas contra la Violencia de Género (femmes artistes contre la violence de genre), accompagnée de personnalités politiques, du monde de la culture et des médias d'Espagne, soit près de 150 personnes, a organisé un voyage à Alger où elle a été rejointe par une forte délégation de femmes sahraouies et algériennes.
Le but de la manifestation était de remercier le gouvernement et le peuple algérien pour leur soutien à la cause sahraouie et d'appeler au respect de la légalité internationale concernant la question du Sahara Occidental. Au nom de la délégation la chanteuse espagnole Cristina Del Valle, ambassadrice de la paix de l'ONU, a appelé le gouvernement espagnol à "réparer la faute historique commise il y a plus de 30 ans à l'encontre du peuple sahraoui".
De nombreuses rencontres avec la société civile algérienne, des femmes parlementaires, des institutions (Sénat, APN et APW), ont été organisées par le Comité national algérien de soutien au peuple sahraoui, CNASPS. Un grand concert pour la paix avec des artistes espagnoles, algériennes et sahraouies a couronné l'événement. [
La Nouvelle République, Karima Bennour, 08-09-2004] [Declaración final]

PROCHAINEMENT [info voir agenda ]

INTERNET

Acción

Documents:

ARCHIVES en cours de publication

WEB:

OPINION

 

NOUVELLES PUBLICATIONS
[Il est possible que des liens externes vers des journaux ne soient plus valables après quelques jours]

Français

English

Castellano

Português

Italiano


Vous pouvez vous inscrire sur notre liste de diffusion pour recevoir régulièrement les Actualités hebdomadaires par e-mail


Cliquez sur le logo pour s'inscrire


[Sommaire actualités hebdomadaires] [Western Sahara Homepage]