SAHARA OCCIDENTAL

ACTUALITES HEBDOMADAIRES

SEMAINE 03

12. - 18.01.2003

TERRITOIRES OCCUPES

07.01.03
Ali Salem
Tamek s'est adressé par écrit au représentant personnel du secrétaire général de l'ONU, pour lui exprimer son rejet catégorique de tous les projets de solutions partielles du conflit du Sahara Occidental, qui ne peut se terminer selon lui que par l'organisation d'un référendum d'autodétermination libre et impartial.(texte complet)
Le "Collectif des Défenseurs des Droits de l'Homme sahraouis "territoire du Sahara Occidental" sous contrôle marocain" a adressé une lettre dans le même sens à James Baker. (
texte complet)

13.01.03
Mouvement de protestation
A la prison d'El Ayoun 26 détenus politiques sahraouis ont observé une grève de la faim de 48 heures, avec Nassiri et Bazeid (voir semaine
02/03), pour protester contre leurs conditions d'incarcération. Ali Salem Tamek, emprisonné à Salé, s'est joint au mouvement et réclame la libération de tous les prisonniers politiques "sahraouis et marocains" de toutes les sensibilités.
Les détenus ont annoncé une deuxième grève de la faim d'une durée de cinq jours à partir du 20 janvier. Ces mouvements de protestation à l'intérieur des prisons ont trouvé un écho dans les campus universitaires. Une caravane estudiantine de solidarité avec les détenus politiques sahraouis partira du campus universitaire d'Agadir, passera par Marrakech et Rabat pour rejoindre Casablanca. Des débats seront organisés et des stands dressés pour présenter au public universitaire la réalité des violations graves des droits de l'homme au Sahara Occidental, demander la libération de tous les détenus politiques et la lumière sur le sort des disparus. (corr.)

La section suisse d'Amnesty International a inclu Tamek dans ses «Lettres contre l'oubli» et demande d'écrire au ministre marocain de la Justice.

Assa
Les représentants des sections locales d'Assa des partis politiques, syndicats et associations culturelles amazighs marocains ont publié à la fin du mois de décembre 2002 un communiqué de solidarité avec Tamek et ont demandé sa libération. Cette démarche n'a pas plu aux dirigeants de ces organisations, qui ont rappelé à l'ordre leur base, qualifiant Tamek d'"ennemi de l'intégrité territoriale marocaine". De même, le chef de la Division des Affaires Générales de la province d'Assa, sur ordre du ministère de l'Intérieur, a convoqué les auteurs du communiqué pour leur signifier sa réprobation. Ceux-ci, cependant, ont réitéré leur solidarité avec Tamek. (corr.)

REFERENDUM

La tournée de James Baker au Maroc, en Algérie et en Mauritanie
Le préalable onusien:
Un porte parole de l'ONU avait indiqué à New York que Baker présentera à ses interlocuteurs "une proposition de solution politique au conflit du Sahara occidental offrant (à la population) une possibilité d'auto-détermination, comme demandé par la résolution 1429 du 30 juillet dernier du Conseil de sécurité".

14.01.03

Agadir - avant la réunion
Le Maroc ne fera pas de concessions sur son "intégrité territoriale", a assuré une source gouvernementale autorisée. Le Maroc "écoutera M. Baker et examinera ses éventuelles propositions", mais le royaume "ne fera pas de concessions sur son intégrité territoriale". "Il n'y a qu'une frontière au sud du Maroc, c'est celle de la Mauritanie". (AFP)

Agadir - la réunion
Mohammed VI a reçu au palais royal d'Agadir James Baker, accompagné de William Swing, représentant du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara, en présence de Mohamed Benaïssa, ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Mustapha Sahel, ministre de l'Intérieur, Taïb Fassi Fihri, ministre délégué aux Affaires étrangères et à la coopération, Fouad Ali Himma, ministre délégué à l'Intérieur et Mohamed Bennouna, représentant permanent du Maroc à l'ONU.

Agadir - après la réunion
James Baker a affirmé que sa tournée actuelle dans la région vise à "parvenir à une initiative permettant un règlement politique de la question du Sahara". Dans une déclaration à la chaîne de télévision "Abou Dhabi", Baker a indiqué avoir fait une proposition dans ce sens à Mohammed VI et au gouvernement marocain pour examen.
Mohamed Benaïssa a déclaré que le Maroc s'accorde un moment pour «étudier le projet et les propositions de James Baker dans un esprit constructif, rendant hommage aux efforts qu'il déploie et qui renforcent chaque jour sa crédibilité et élargit sa connaissance du dossier». Le ministre marocain des Affaires étrangères a ajouté que le Maroc réitère «son entière disposition à coopérer avec l'Organisation des Nations unies, comme il l'a toujours fait, et exprime son attachement à la légalité internationale dans le respect de la souveraineté nationale et de l'intégrité territoriale du Royaume».

Alger - avant la réunion
Evoquant la construction de l'Union du Maghreb arabe, Abdelaziz Bouteflika a précisé que celle-ci «sera renforcée lorsque les aspirations du peuple sahraoui au libre exercice de son droit à l'autodétermination seront réalisées à travers la mise en oeuvre impartiale du plan de règlement des Nations unies (...)».

15.01.03

Alger - la réunion
Abdelaziz Bouteflika a reçu au siège de la Présidence James Baker, en présence de Abdelaziz Belkhadem, ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères, Ahmed Ouyahia, ministre d'Etat, représentant personnel du Président de la République, Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdellatif Rahal, conseiller diplomatique du Président de la République, Larbi Belkheir, directeur de cabinet à la Présidence de la République, Mohamed Bedjaoui, président du Conseil constitutionnel et Abdallah Baali, représentant permanent de l'Algérie auprès des Nations unies.

Alger - après la réunion
James Baker a affirmé à la presse qu'il était porteur d'une nouvelle proposition pour le règlement de la question du Sahara Occidental.

Rabouni (campements) - avant la réunion
«Il n'y aura pas d'accueil populaire, comme ce fut le cas lors de la première visite de James Baker ici», indique Bachir El Mehdi, responsable de l'accueil des journalistes venus d'Alger et d'Espagne. «Nous ne sommes ni optimistes ni pessimistes, nous attendons pour juger», a déclaré Mhamed Khaddad, coordinateur sahraoui avec la MINURSO. «Nous travaillerons avec James Baker dans le cadre du respect de la légalité internationale. Notre position est connue et nous ne demandons pas l'impossible. Nous voulons une solution démocratique».

16.01.03

Rabouni - la réunion
Baker a été reçu pendant une heure par le président Mohamed Abdelaziz et les autorités sahraouies, à qui il a remis son plan de solution.

Rabouni - après la réunion
Dans une déclaration à la presse, Baker a indiqué qu'il attend une réponse des parties à ses propositions avant le 1er mars prochain. Le nouveau plan ne sera pas présenté à la prochaine réunion du Conseil de sécurité de fin janvier 2003, il n'y aura qu'une résolution de prolongation technique du mandat de la MINURSO jusqu'à fin mars, où Baker présentera son plan et les réponses des parties.
Pour le Front POLISARIO le nouveau plan présenté sous un titre trompeur de "plan de paix pour l'autodétermination du peuple du Sahara Occidental", garde la même orientation et les mêmes objectifs que l'accord-cadre (semaine
26/2001), avec l'introduction de certains amendements sans grande importance.

16.01.03

Nouakchott
James Baker a remis au président mauritanien Maaouiya Ould Taya une copie de son plan de règlement. Baker a déclaré à sa sortie d'audience que ses entretiens avec M. Ould Taya avaient été "très aimables et constructifs" au sujet de ce plan, dont il a refusé de révéler les détails.


REFERENDUM MAINTENANT - Campagne de mobilisation et de soutien pour l'application du Plan de paix - nouveaux documents:

17.01.03: Manifestation de la Coordinadora estatal de asociaciones de solidaridad y amistad con el pueblo saharaui pour remettre des lettres aux ambassades de France et des USA à Madrid. Manifestation analogue devant le consulat de France à Bilbao des associations de solidarité des Asturies, de Navarre, de la Rioja, du Pays Basque et d'Aragon. (>> Carta a J. Chirac Presidente de la República Francesa >> Carta a G.W. Bush, Presidente de los Estados Unidos de América.)


EUROPE

Union européenne
En juin 2002, l'eurodéputé Isidoro Sánchez García (ELDR) demandait au Conseil (E-1732/02), quelles mesures il entendait prendre à l'égard du gouvernement marocain à la suite de l'expulsion d'une délégation de politiciens et de journalistes espagnols à El Ayoun (voir semaine
23/2002). Dans sa réponse du 19 décembre 2002, le Conseil déclare appuyer pleinement les efforts de l'ONU pour parvenir à une solution du conflit du Sahara Occidental, et favoriser tous les contacts, y compris personnels, pouvant contribuer à créer un climat de confiance entre les parties.

15.01.03
Strasbourg: Intergroupe Paix pour le peuple sahraoui du Parlement européen
A l'issue de sa réunion, l'intergroupe a déclaré vouloir suivre avec attention la visite de James Baker et les discussions qui auront lieu à New York avant le 31 janvier et être gravement préoccupé par la situation des prisonniers politiques sahraouis au Maroc. Il s'est aussi félicité de la position du gouvernement espagnol de soutien au plan de paix de l'ONU. (
Press release / Comunicado

MAROC

16.01.03
Maroc-USA-France
Lors de sa visite au Maroc, le ministre français délégué au Commerce extérieur, François Loos, a critiqué le gouvernement marocain: «Il est difficile pour le Maroc d'être un partenaire privilégié de l'Union européenne (UE) et de conclure en même temps une zone de libre-échange avec les Etats-Unis. (..) On peut discuter de tout, mais on ne peut viser deux choses qui ne sont pas compatibles», a-t-il dit à propos des négociations prévues entre Rabat et Washington pour la conclusion d'un accord de libre-échange, qui s'ouvriront le 21 janvier à Washington.
Le Maroc pourrait ainsi devenir le premier pays du continent africain à bénéficier d'un système de libre-échange avec les Etats-Unis, qui n'ont jusqu'ici conclu des accords de ce type qu'avec quatre pays: le Canada, le Mexique, la Jordanie et Israël.

16.01.03
Algérie-Maroc
Selon Jeune Afrique, citant une source diplomatique marocaine, le principe d'une rencontre entre le président Abdelaziz Bouteflika et Mohammed VI semble acquis. Elle pourrait avoir lieu au début du mois de février, une fois connues les conclusions de la mission de James Baker. Ce rapprochement serait vivement encouragé par les États-Unis et par la France.

INTERNET

NOUVELLES PUBLICATIONS
[Il est possible que des liens externes vers des journaux ne soient plus valables après quelques jours]

Français

Les dépêches, articles, etc, sont accessibles aux non-abonnés sur Sahara-Info, liste de courrier (français et espagnol): http://es.groups.yahoo.com/group/sahara-info/messages

English

English publications on Sahara Update mailinglist: http://groups.yahoo.com/group/Sahara-update/messages

 

Norwegian language

Castellano

 

Deutsch


Vous pouvez vous inscrire sur notre liste de diffusion pour recevoir régulièrement les Actualités hebdomadaires par e-mail


Cliquez sur le logo pour s'inscrire


[Sommaire actualités hebdomadaires] [Western Sahara Homepage]