SAHARA OCCIDENTAL

ACTUALITES HEBDOMADAIRES

SEMAINE 39

24. - 30.09.2000

France
Mémorandum SFO
Dans un
mémorandum adressé aux autorités françaises, la section française de l'Observatoire international du référendum au Sahara Occidental, SFO, leur demande d'abandonner leur «rôle d'appui inconditionnel» du Maroc, ce qui aiderait ce pays «à sortir d'un enlisement qui lui est dommageable». Devant le risque de gel du processus d'autodétermination et celui d'une reprise des combats, la SFO demande à la France de s'engager pour la paix, cautionnée par une aide économique massive de l'UE et des USA aux états du Maghreb et par une assistance technique et économique pour la reconversion des militaires marocains.

21.09.00
Sahara Occidental occupé
Sit-in d'une centaine d'étudiants et de diplômés chômeurs sahraouis devant le siège de l'OADP à El Ayoun, pour protester contre l'envoi au Maroc des jeunes Sahraouis.

23.09.00
Solidarité
La task force des comités européens de soutien au peuple sahraoui, réunie à Paris, a adressé une lettre aux ambassadeurs Baker et Eagleton ainsi qu'au secrétaire général des Nations unies, rappelant le droit inaliénable des Sahraouis à un référendum d'autodétermination. Mme S. Benhabyles, présidente du Rassemblement algérien de soutien au peuple sahraoui, qui assistait à la rencontre, a plaidé pour une meilleure coordination des comités de soutien avec l'Afrique et le Moyen Orient.

23-26.09.00
Référendum
Dans le cadre de la tournée diplomatique des émissaires sahraouis, les pays suivants ont réaffirmé leur appui au plan de paix ONU/OUA et au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination: Vietnam, Jamaïque, Bénin, Venezuela, Panama, Uruguay, Zimbabwe, Seychelles, Colombie, Rwanda, Burundi, Chili, Sainte Lucie, Costa Rica, Malawi, Maurice, Equateur, Angola.
Dans le même cadre, Omar Mansour, ministre sahraoui de la santé publique, a remis à Nouakchott un message personnel du président Mohamed Abdelaziz au président mauritanien Mouaaya ould Taya. (
SPS )

24.09.00
Algérie - Afrique du Sud
Le président de l'Afrique du Sud, en visite officielle en Algérie, s'est entretenu du conflit du Sahara Occidental avec son homologue algérien. Les deux chefs d'Etat ont souligné leur soutien au plan de paix des Nations unies et aux accords de Houston et confirmé l'engagement de leurs pays en faveur de la remise en route du plan de paix et du droit des Sahraouis à l'autodétermination.

25.09.00
Sahara Occidental occupé
Intensification de la présence militaire marocaine à El Ayoun, particulièrement entre le 19 et le 23 septembre, jours anniversaires des manifestations de 1999, et dans le quartier de Hay Maatallah, où la majorité des habitants sont Sahraouis.

25-26-27-28.09.00
ONU, Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation de l'ONU (Quatrième commission)
Les débats sur la question du Sahara Occidental ont été ouverts par les interventions des représentants de l'Algérie et du Maroc, ce dernier estimant que la question du Sahara Occidental n'est pas une question de décolonisation. Les représentants de Madagascar, de Tanzanie et du Ghana se sont exprimés en faveur de la mise en oeuvre rapide du plan de paix des Nations unies.
Les pétitionnaires suivants se sont exprimés dans le même sens:

Le 28 septembre, les personnalités suivantes ont pris la parole:

Le Maroc a présenté 6 pétitionnaires:

Richard Cazenave, groupe d'études parlementaires sur les droits de l'homme de l'Assemblée nationale française, Gajmoula Ebbi, Gaoutah Mohamed Ahmed Baba, Mohamed Salem Ali Omar Bahia, Ahmed Chrif, quatre transfuges du POLISARIO, et Akmer Ali Thobhani, Metropolitan State College de Denver, auteur d'une étude sur le Sahara Occidental,.

Les communiqués de presse des Nations unies donnent des comptes-rendus détaillés des débats:

26.09.00 Communiqué de Presse CPSD/191

27.09.00 Communiqué de Presse CPSD/192

28.09.00 Communiqué de Presse CPSD/193

29.09.00 Communiqué de Presse CPSD/194

27.09.00
Maroc
Le procès de 14 étudiants sahraouis, arrêtés le 17 mai à Marrakech à la suite des émeutes autour de l'université Souissi II (semaine 20), a été reporté au 26 octobre. Selon
L'Economiste (quotidien marocain) les accusés encourrent des peines allant jusqu'à la peine capitale. (Revue de presse de l'ambassade de France à Rabat)

28.09.00
Le gouvernement mauritanien a accordé à la société australienne Ashton West Africa Property Limited un permis de recherche pour le diamant dans la zone de Ain Ben Tili, sur la frontière avec le Sahara Occidental. (
ami)

28.09.00
Négociations maroco-sahraouies à Berlin
Les délégations des parties en conflit, celle du Maroc dirigée par le ministre des affaires étrangères Mohamed Benaïssa et celle du Front Polisario dirigée par Mahfoud Ali Beiba, se sont réunies sous les auspice de James Baker au siège du ministère des affaires étrangères allemand.
La réunion, qui avait pour objet, selon l'ONU, «d'examiner les multiples questions liées à l'application du Plan de règlement dans la région» s'est terminée en fin d'après-midi sans résultat.
Alors que la délégation du Front Polisario était venue pour discuter de tous les problèmes qui entravent la mise en application du plan, le Maroc a refusé d'aborder les aspects concrets à l'origine du blocage actuel (recours, rapatriement, etc.).
Remettant en cause le processus référendaire lui-même après neuf ans d'efforts et de dépenses, le Maroc a proposé de négocier directement avec le Front Polisario une solution politique au problème du Sahara Occidental, dans un "dialogue sincère et franc", à condition qu'il s'inscrive "dans le respect de sa souveraineté nationale et son intégrité territoriale".
A l'issue de la réunion le ministère de l'information de la RASD, dans un
communiqué, a réaffirmé «son plein attachement au plan de paix et sa disponibilité à engager les discussions avec le Maroc sous les auspices des Nations unies sur tous les problèmes qui entravent la mise en application du plan de règlement, en vue d'un référendum juste et libre au Sahara Occidental». Pour le Front Polisario la proposition marocaine est une tentative d'enterrer le processus de paix onusien. «Le Maroc est seul responsable du blocage actuel et assumera seul les conséquences qui peuvent en découler pour la paix et la stabilité dans la région», conclut le communiqué.
De son côté, le secrétaire général de l'ONU a confirmé que «le rendez-vous d'hier des représentants du Maroc et du Front Polisario sur la question du Sahara occidental n'a pas permis d'aboutir». M. Annan précise qu'il attend les recommandations de M. Baker quant à l'utilité de la tenue d'une réunion de suivi.

NOUVELLES PUBLICATIONS
[Il est possible que des liens externes vers des journaux ne soient plus valables après quelques jours]

Castillano

Français


Cliquez pour vous abonner à sahara-occidental


[Sommaire actualités hebdomadaires] [Western Sahara Homepage]