SAHARA OCCIDENTAL

ACTUALITES HEBDOMADAIRES

SEMAINE 21

21. - 27.05.2000

 

16-18.05.00.
ONU
Un séminaire organisé aux Iles Marshall par la Commission de décolonisation de l'ONU dans le cadre de la Décade internationale des Nations unies pour l'éradication du colonialisme, a réuni des représentants de pays ou peuples coloniaux, des puissances administrantes, d'ONG, d'organisations régionales et d'experts, dans le but de procéder à une évaluation de la situation des pays ou peuples coloniaux. Le représentant du Front Polisario en Australie a présenté la situation au Sahara Occidental, insistant sur la responsabilité de l'ONU, qui doit mettre en place des conditions permettant au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination.

20 mai 1973-20 mai 2000
«Il n'y a pas d'alternative à l'indépendance du peuple sahraoui», et celle-ci «est inéluctable», a déclaré le président sahraoui devant les combattants de la 7ème région militaire réunis à Aghoueinit, dans les territoires libérés. Mohamed Abdelaziz s'exprimait après les manoeuvres militaires qui ont eu lieu à l'occasion du 27ème anniversaire du déclenchement de la lutte armée au Sahara Occidental. «La troisième voie ne peut être que celle du retour aux armes», a-t-il estimé en appelant les combattants et le peuple sahraoui à se préparer à toutes les éventualités (
SPS).

21.05.00
Union des Juristes Sahraouis
L'
UJS a tenu son assemblée générale à l'Ecole du 27 février, dans les campements de réfugiés. Après un bilan et une analyse de la situation actuelle par son secrétaire général, l'assemblée a élu Abba Salek Haissen, secrétaire général, et les membres du Bureau national: Mohamed Najem Abdi, Hafedallah Chaddad, Ahmed Sid Ali, Bah Elmad et Mohamed Salem Taibi. L'assemblée s'est penchée sur la situation des droits de l'homme au Sahara Occidental et sur la répression que subissent actuellement les étudiants sahraouis à Rabat et Marrakech. L'UJS a dénoncé les arrestations arbitraires et les exactions commises par les forces de l'ordre marocaines. Elle a demandé à l'ONU et aux organisations de défense des droits humains d'intervenir «de toute urgence» pour la libération des étudiants impliqués. L'UJS a tenu en outre à rappeler que «le respect des Droits de l'Homme est une condition incontournable pour un référendum libre et transparent au Sahara Occidental» (UJS, SPS).

22.05.00
Rapport du Secrétaire général de l'ONU,
S/2000/461
Kofi Annan avait demandé à son Envoyé personnel James Baker «d'étudier les moyens de parvenir à un règlement rapide, durable et concerté» des différends entre les parties. La réunion de Londres du 14 mai a confirmé que leurs points de vues étaient «très divergents» et qu'elles ne faisaient pas de propositions «sur la façon d'aller de l'avant». Invoquant ces divergences de vues et l'absence d'un mécanisme d'application du plan de règlement, Kofi Annan demande aux parties de «présenter des solutions spécifiques et concrètes» ou d'«étudier d'autres moyens de parvenir à un règlement». En attendant il propose une prorogation du mandat de la MINURSO de deux mois, jusqu'au 31 juillet 2000. Le Conseil se prononcera le 30 mai.
Le rapport fait aussi le point sur la deuxième partie de la procédure de recours, celle portant sur la liste des votants des tribus contestées. 54'889 recours ont été déposés, dont 98,8% au Maroc ou dans les territoires occupés. Le nombre total des recours est donc de 134'014 .
En ce qui concerne le rapatriement des réfugiés, le HCR a «préenregistré» 120'000 personnes. Celles-ci souhaitent être rapatriées, «dans leur immense majorité», à l'est du mur, dans les territoires libérés.

Réactions sahraouies
Réagissant au rapport de Kofi Annan devant des journalistes, Ahmed Boukhari, représentant du Front Polisario auprès de l'ONU, a estimé qu'il n'existait pas d'alternatives à la tenue du référendum. Tous les problèmes viennent du Maroc, a-t-il déclaré, ajoutant que c'est à l'ONU de trouver une solution au problème des recours et de faire pression sur les deux parties pour qu'elles acceptent et mettent en place le résultat de la votation (
presse espagnole, 23.05.00)
«Le Front Polisario ne participera pas à la prochaine réunion entre les parties concernées, si les discussions ne se déroulent pas dans le cadre du plan de paix de l'ONU», a déclaré Brahim Ghali, représentant du Front Polisario en Espagne, lors d'une réunion avec la presse à Madrid. «Nous exigeons un calendrier précis et un ordre du jour», a-t-il ajouté, précisant que le Front Polisario n'acceptera en aucune façon une alternative au référendum et exige l'application stricte du plan de règlement. Ghali a souligné qu'il ne pouvait y avoir d'accord sans une médiation des USA. Il a critiqué la neutralité politique du gouvernement espagnol, dont la position rejoint en fait celle du Maroc (
24.05.00, presse espagnole, APS, SPS).
Le Front Polisario souhaite que le Conseil de sécurité n'épargne aucun effort pour préserver le plan de règlement et encourager les deux parties en conflit à coopérer avec l'ONU, écrit Ahmed Boukhari, représentant sahraoui auprès de l'ONU, dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité. M. Boukhari a déploré le fait que les hésitations de l'ONU à propos des recours contribuent à encourager le Maroc dans sa position d'obstruction. Il a relevé que les "divergences de vue", mises en exergue par le SG pour aboutir à son analyse pessimiste, ne sont pas de même ordre. Le Polisario, qui exige une application stricte du plan de paix et des accords de Houston, reste fidèle à l'esprit et à la lettre du plan onusien, alors que le Maroc cherche à redéfinir les conditions cadres du processus en sa faveur. De même, l'absence d'un mécanisme de mise en oeuvre des résultats du référendum, avancée par Kofi Annan pour justifier son pessimisme, ne doit pas être imputée aux parties, a-t-il ajouté (
25.05.00, SPS).

25.05.00
Diplomatie
Le Costa Rica a décidé d'accréditer un ambassadeur sahraoui, a déclaré dans un communiqué le ministre des Relations extérieures M. Roberto Rojas, après avoir reçu M. Omar Mansour, ministre de la Santé publique de la RASD. Le Costa Rica a réaffirmé son appui au droit à l'autodétermination du peuple sahraoui.

25.05.00
Agadir - Procès
Brahim Laghzal (Brahim Ould Baba), Cheikh Khaya (Cheikh Abdelaziz Ould Abdallah Ould Ali), Laarbi Massoudi (Laärbi Ould Saïd Ould Boujemaa), incarcérés à la prison d'Inezgane près d'Agadir, depuis décembre 1999, ont été convoqués de façon inattendue devant le tribunal de première instance d'Agadir. Ni les avocats, ni les familles ni les observateurs mandatés par la FIDH n'ont pu assister à cette séance, n'ayant pu être avertis. Le tribunal se réunira à nouveau le 30 mai. Les trois Sahraouis (dossier 510/2000) sont inculpés d'atteinte à la sûreté de l'Etat et encourent une peine allant de 1-5 ans de prison (
AARASD, ARSO, CDDH).

21-26.05.00
Maroc - Université - manifestations (suite)
Marrakech: Le tribunal de première instance de Marrakech a rendu son verdict le 26mai dans le dossier No 5589/2000, celui des troubles survenus récemment autour de l'université (voir semaine 20). 13 personnes ont été condamnées à 3 ans de prison ferme et 2 autres à 3 mois et 1 mois de prison. Un détenu a été déféré devant une autre cour pour avoir incendié un véhicule appartenant à l'Etat. Il semble qu'en tout 35 personnes aient été arrêtées. 5 inculpés d'origine sahraouie sont en fuite et recherchés par la police.
Plus de 200 étudiants (300 selon une autre source) sont intervenus auprès de la direction de l'université pour demander la libération sans condition des condamnés ainsi que la fin de la violence et de la terreur à l'université. Ils annoncent que si cette situation se poursuit ils seront contraints à ne pas se présenter aux prochains examens et d'abandonner leurs études.
Le CDDH, le Comité (marocain) de défense des droits humains, a relayé l'appel auprès du ministre de l'Intérieur, du directeur de la sûreté nationale et du wali de Marrakech.

Rabat: 10 personnes ont été présentées le 23.05.00 au juge, qui a reporté la séance sine die. Parmi ces personnes on relève le fils d'un parlementaire sahraoui (au parlement marocain). Les parlementaires d'origine sahraouie seraient intervenus sans succès auprès du ministre de l'Intérieur en leur faveur. Des étudiants sahraouis de Rabat et de Casablanca (160 selon Bayane al-Youm, quotidien marocain) ont manifesté devant le tribunal, exigeant que leurs camarades soient libérés, ou qu'ils soient eux-mêmes également arrêtés. Ils ont été frappés par la police et se sont réfugiés dans une salle du tribunal. (action urgente de l'AFAPREDESA, CDDH, communiqué des étudiants sahraouis)

25.05.00
Violation du cessez-le-feu
Un hélicoptère marocain a survolé les territoires libérés de la RASD pendant une demie-heure, annonce le ministère de la Défense sahraoui dans un communiqué. Deux avions de reconnaissance marocains avaient violés par deux fois le cesssez-le-feu en décembre 1999. Le Front Polisario avait alors demandé à la MINURSO d'améliorer ses capacités de contrôle des mouvements aériens marocains «afin de prévenir toute escalade militaire imprévisible» (
SPS).

SOLIDARITE

Norvège, Oslo, 08.05.00: L'association Norwegian People's Aid et le comité norvégien de soutien au peuple sahraoui ont organisé un séminaire sur le conflit du Sahara Occidental.

Danemark, Vordningborg, 19.05.00: Le parti SF a invité le représentant du F. Polisario pour les pays nordiques à son congrès. Il a fait un exposé sur la situation actuelle et appelé l'Europe à faire pression sur le Maroc pour qu'il respecte le plan de paix.

Italie, Calabre, Cosenza, 26.05.00: débat à l'occasion de la Festa dei popoli: Saharawi un popolo in lotta (Sahraouis, un peuple en lutte) avec la participation de Omar Mih et de Suad Lagdaf du Front Polisario et d'Umberto Romano, écrivain, qui a présenté son dernier livre, témoignage de la vie dans les territoires occupés du Sahara.

Espagne: la solidarité de la population se manifeste continuellement et de façon spectaculaire. Voici quelques manifestations qui nous ont été signalées : Aux Baléares une chaîne humaine a réuni 1200 personnes à l'occasion d'une fête de la solidarité. Un manifeste a été rendu public. Il proteste contre le blocage du plan de paix et demande au gouvernement espagnol d'intervenir pour la tenue rapide du référendum. A Saragosse un manifeste dans le même sens a été signé par des politiciens, artistes, sportifs, intellectuels... En Catalogne, "Clowns sans frontières" a lancé une action publique qui consiste à se réunir chaque mardi à 20 heures devant la mairie de chaque ville, pour exprimer sa honte face à l'abandon du peuple sahraoui par l'Espagne; pendant une minute les participants se cachent les yeux de leurs deux mains. Le mouvement s'étend et des groupes ont repris cette action dans d'autres régions.

NOUVEAU SUR INTERNET

Western Sahara online, the website of Khatry Beirouk, has a new URL: http://www.wsahara.net and a very attractive new presentation.

Pagina de la Asociacion A contrallum, Barcelona: http://www.lanzadera.com/acontrallum

Schweiz
Die Gesellschaft für bedrohte Völker und das Schweizerische Unterstützungskomittee für die Sahraouis verlangen in einem Brief an den Vorsteher des Eidgenössischen Departement für auswärtige Angelegenheiten, Bundesrat J. Deiss, dass die Schweiz sich einsetze für den Frieden in der Westsahara und Druck auf Marokko ausübe, damit das UNO-referendum nicht noch weiter verzögert wird. Unterschriften werden gesammelt auf Seite:
http://www.gfbv.ch/

NOUVELLES PUBLICATIONS
[Il est possible que des liens externes vers des journaux ne soient plus valables après quelques jours]

français

castellano

catalan

english

 


Cliquez pour vous abonner à sahara-occidental


[Sommaire actualités hebdomadaires] [Western Sahara Homepage]