SAHARA OCCIDENTAL

ACTUALITES HEBDOMADAIRES

SEMAINE 20

14. - 20.05.2000

 

14.05.00
Rencontre de Londres
La délégation sahraouie était composée de Mahfoud Ali Beiba, président, M'Hamed Khaddad, Brahim Ghali, Ahmed Boukhari, tous membres du Secrétariat national, ainsi que de Radhi Sgheir Bachir, conseiller à la Présidence et Brahim Mokhtar, représentant du F. Polisario à Londres
La délégation marocaine, conduite par Mohamed Benaïssa et Ahmed El Midaoui, respectivement ministre des Affaires étrangères et ministre de l'Intérieur, comprenait Ahmed Snoussi, représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies, Mohamed Loulichki, coordonnateur avec la MINURSO, ainsi que cinq Sahraouis: les transfuges Brahim Hakim, ambassadeur itinérant du roi et Omar Hadrami, gouverneur, Rachid Douihi, gouverneur à la wilaya d'El Ayoune (ancien membre du PUNS, parti créé par l'Espagne au Sahara avant 1975), Khali Hana Ould Rachid, député et président du Conseil municipal d'El Ayoune (ancien secrétaire général du PUNS, rallié au Maroc avec la caisse du parti) et Ghailani Dlimi, gouverneur au ministère de l'Intérieur. Ces Sahraouis n'ont pas eu droit à la parole.
La réunion a débuté par une brève introduction de James Baker, après quoi les délégations algériennes et mauritaniennes ont quitté la salle. Benaïssa, Midaoui et Loulichki ont chacun exposé un aspect des thèses marocaines, Ali Beiba, Khaddad et Boukhari se sont ensuite exprimés. Il n'y a pas eu de discussion. Baker a demandé aux deux parties d'élaborer des propositions pour débloquer la situation, à discuter lors d'une prochaine réunion début juin. Le porte-parole du secrétaire général des Nations unies a confirmé le 16 mai cette échéance.

Commentaires

Front Polisario
Mahfoud Ali Beiba a indiqué que «nous ne sommes pas parvenus à des résultats concrets». Il a dénoncé l'attitude «provocatrice» du Maroc, qui revient au «langage du passé». «Nous n'avons pas senti de la part de la partie marocaine une volonté d'avancer. Nous avons été surpris par le retour à un discours de provocation que nous croyions révolu». Il a vivement dénoncé «la volte face du Maroc, dont la délégation s'est enfermée dans un discours qui cache mal son refus du référendum et du processus de paix».
Brahim Ghali a déclaré au quotidien espagnol
La Razon qu'«on n'a parlé ni d'une troisième ni d'une quatrième voie, mais uniquement du plan de paix des Nations unies».
M'hamed Khaddad a estimé que le Maroc, «incapable d'imposer une solution militaire, incapable d'accepter le verdict populaire des urnes, cherche désespérément à sortir du plan de paix», une option qui est encouragée par certains pays amis du Maroc, qui cherchent à mettre en place des «solutions surréalistes», imaginées dans les années 70 et qui «ignorent la volonté d'indépendance du peuple sahraoui, au prétexte de la stabilité intérieure du Maroc».

Algérie
Algérie Presse Service: «La réunion de Londres a montré clairement qu'elle n'avait pas pour finalité la prise en charge d'une autre alternative que celle tracée dans le détail par le plan de paix et l'accord de Houston».
Le président algérien, en visite officielle à Montréal, a exprimé le 16 mai sa conviction que le conflit du Sahara Occidental doit être réglé par les Nations unies: «Je m'en réjouis, a-t-il dit, car la porte royale pour moi - et ce n'est pas un jeu de mots - c'est sortir par la grande porte de la légalité internationale, en respectant l'autodétermination des peuples.»

Maroc
Aucune réaction officielle.
L'Opinion, quotidien de l'Istiqlal, 16.05.00: «Après cinq heures de discussions à Londres sur le Sahara, un lourd silence. L'hermétisme ayant ainsi marqué la rencontre de Londres pourrait vouloir signifier que quelque chose de délicat, donc de fragile, se prépare... Le silence observé se doit ainsi d'être rompu si l'on ne veut pas qu'il donne lieu à trop de bavardage, pas forcément bénéfique à notre cause... Les Marocains ont bien le droit de savoir ce qui se passe... »
La Gazette du Maroc
, 17.05.00: «Londres: les Marocains sereins et décidés. La délégation marocaine ne s'en est pas laissée compter. La position du peuple marocain est immuable: aucune atteinte à la souveraineté nationale.» (revue de presse de l'ambassade de France, Rabat).

07-10.05.00
OUA: Conférence pour la sécurité, la stabilité, le développement et la coopération en Afrique
Les ministres africains des affaires étrangères ont appelé à Abuja (Nigeria) «au parachèvement de la décolonisation du Sahara Occidental par une application rapide et honnête du plan de paix ONU/OUA et des accords de Houston pour le Sahara Occidental». Une délégation de la RASD conduite par M. Malainine Sadik, ambassadeur de la RASD en Algérie, a participé aux travaux. (
ministère sahraoui de l'information)

17.05.00
Union européenne
Dans le but d'impliquer davantage l'Union européenne dans la recherche d'une solution équitable et pacifique au conflit du Sahara Occidental, des membres du mouvement européen de solidarité avec le peuple sahraoui se sont rendus au parlement européen à Strasbourg. Au cours de contacts personnels avec de nombreux parlementaires, ils ont proposé aux eurodéputés d'inviter James Baker à Strasbourg et d'envoyer une mission d'observation sur place. Ils les ont rendus attentifs à la protection des droits des populations sahraouies des territoires occupés et à la situation alimentaire préoccupante des réfugiés sahraouis à la suite des retards de l'aide humanitaire de l'UE. Enfin ils leur ont demandé d'inclure, dans les accords économiques entre le Maroc et l'UE, des clauses préservant les intérêts sahraouis. Parallèlement, une centaine de personnes manifestaient, dans l'enceinte du parlement, pour une solution juste et durable au Sahara Occidental fondée sur le respect du droit à l'autodétermination. (
communiqué)

16-19.05.00
Répression
De violents affrontements ont opposé des dizaines d'étudiants sahraouis aux forces de l'ordre dans le campus universitaire de Marrakech. Les étudiants protestaient contre le harcèlement policier dont avait été victime une étudiante sahraouie. 36 étudiants sahraouis ont été arrêtés (38 selon une autre source).
Les étudiants sahraouis de l'université Mohamed V de Rabat se sont solidarisés le même soir avec ceux de Marrakech. Comme à Marrakech, les forces de police sont intervenues et ont procédé à 20 arrestations (13 dont 12 Sahraouis selon une autre source).
Le 19 mai les forces de police poursuivaient leur encerclement des campus de Marrakech et de Rabat, après avoir perquisitionné les chambres occupées par les étudiants sahraouis.
31 personnes ont été citées devant le tribunal de première instance de Marrakech, une autre devant la cour d'appel (
SPS).
De son côté l'agence officielle marocaine MAP a annoncé une dizaine d'arrestations lors de heurts qui, dit-elle, ont fait plusieurs blessés, sans préciser la cause ni la façon dont ils ont éclaté. Le quotidien espagnol El Pais a rapporté l'arrestation de plusieurs étudiants sahraouis «à l'issue d'une manifestation ayant provoqué des dégâts à des voitures et des commerces.»
Des journaux marocains ont confirmé, le 19 mai, les événements de Marrakech, leur déniant tout aspect politique.
Maroc Hebdo International écrit qu'une rixe a éclaté entre des étudiants sahraouis et un policier, qui a dégénéré en affrontements avec la police «pendant plusieurs heures». «Ce fut une longue et brutale bataille rangée», écrit l'hebdomadaire, les étudiants ayant élevé des barricades à proximité de la cité universitaire. Selon MHI, les personnes arrêtées auraient été jugées le 18 mai.

L'Association française des Amis de la RASD, publiant une liste provisoire des personnes arrêtées, a lancé un appel aux organisations de défense des droits humains afin qu'elles exigent la libération des personnes arrêtées.

20.05.00
RASD
Des manoeuvres militaires sont en cours dans la région d'Aghouenit (sud-est du Sahara Occidental), à l'occasion du 20 mai, anniversaire du déclenchement de la lutte armée du Front Polisario, en présence du président, des représentants du gouvernement, du parlement, du conseil consultatif et des différentes institutions politiques et sociales sahraouis. Pour la première fois depuis le cessez-le-feu, des engins blindés y participent. Ces manoeuvres visent à préparer l'armée pour toutes les éventualités, a déclaré un responsable militaire. (
SPS)

PROCHAINEMENT

22.05.00
Le prochain rapport du Secrétaire général est attendu pour le début de la semaine.

25.05.00
Réunions informelles du Conseil de sécurité au sujet de la MINURSO.

NOUVELLES PUBLICATIONS
[Il est possible que des liens externes vers des journaux ne soient plus valables après quelques jours]

Français

Castillano

English


Cliquez pour vous abonner à sahara-occidental


[Sommaire actualités hebdomadaires] [Western Sahara Homepage]