SAHARA OCCIDENTAL

ACTUALITES HEBDOMADAIRES

SEMAINE 05

30.01. - 05.02.2000

25.01.00
Référendum
Dans la perspective des débats sur le Sahara Occidental qui auront lieu en février à l'ONU, le Président sahraoui a adressé une lettre à tous les chefs d'Etat africains, dans laquelle il leur demande de «faire usage de toute leur influence pour sauver le plan de paix au Sahara Occidental et épargner ainsi à la région les conséquences destructrices et déstabilisatrices du retour à la guerre». Mohamed Abdelaziz rappelle que «malgré l'achèvement du processus d'identification, le Maroc essaie de nouveau d'imposer des dizaines de milliers d'appels (..). Il s'agit là, écrit-il, d'une nouvelle manoeuvre inacceptable, dont la finalité est de reporter indéfiniment la consultation». La question des votants étant tranchée, «rien ne justifie le report du référendum, et encore moins la tentative de lui trouver des alternatives». (
ministère sahraoui de l'Information)

29.01.00
Mauritanie
Le Président mauritanien Maaouya Ould Sid'Ahmed Taya a reçu Oumar Mansour, ministre sahraoui de la Santé, envoyé spécial du Président de la RASD. L'émissaire sahraoui, porteur d'un message relatif aux derniers développements du processus de paix au Sahara Occidental, a débuté à Nouakchott une tournée africaine qui le conduira dans plusieurs capitales. (
SPS)

29.01.00
Manifestations
26 détenus sahraouis et une trentaine de membres de leurs familles, rassemblés devant le gouvernorat d'El Ayoun, ont entamé une grève de la faim de 48 heures, pour réclamer leur libération. Les 26 détenus avaient été condamnés à des peines allant de 10 à 15 ans de prison pour avoir participé aux manifestations de septembre dernier à El Ayoun.(
SPS)

31.01.00
Maroc
Le leader islamiste marocain Abd Assalam Yassine a adressé un long
mémorandum critique au roi. Au sujet du Sahara on peut lire: «L'hypothèque du Sahara est un legs envenimé du règne révolu et de la politique de prestige dédaigneuse des hommes. Nos frères Sahraouis sont partagés entre deux choix (...). Vont-ils voter un jour prochain pour un Maroc unifié et vraiment musulman, Maroc à repenser et à reconstruire ou bien vont-ils tirer la conclusion de l'humiliation passée et de la répression sauvage dont ils ont été victimes tout récemment et choisir la dignité et la liberté sous une autre bannière ? Les milliards qui ont été dépensés pour des cités modernes flambant neuves bâties sur les sables du désert n'auront servi qu'à appauvrir le Maroc et à aggraver son endettement. La politique du prestige conquérant aura servi à consacrer la rupture entre deux fractions d'un même peuple.»

29.01.00
Amérique centrale
Le Parlement d'Amérique centrale, PARLACEN, apporte son soutien à un référendum démocratique, juste et transparent pour l'autodétermination du peuple sahraoui. Il demande à Kofi Annan d'appliquer rigoureusement les résolutions de l'ONU et les accords de Houston et de respecter le délai fixé de juillet prochain. Tous les pays membres du PARLACEN (Costa Rica, Salvador, Guatemala, Honduras, Nicaragua, Panama et République Dominicaine comme observateur) reconnaissent la RASD (
EFE).

01.02.00
RASD
Le Conseil consultatif sahraoui, instauré par décret présidentiel, a tenu sa séance constitutive dans la wilaya de Smara. Il est formé des chioukhs ayant fonctionné comme experts pour l'identification et se réunira une fois par année. Sa mission consiste à renforcer l'unité nationale et à conseiller le président dans les questions d'intérêt national. Dans une déclaration les chioukhs ont été unanimes à rejeter toute autre solution que celle du référendum, ajoutant que «l'attente avait assez duré» et qu'il fallait maintenant «organiser le référendum dans les délais fixés.»
S'exprimant devant les membres du CCS, M'hamed Ould Khaddad, coordinateur sahraoui avec l'ONU, a rejeté «toute solution qui ne passe pas par le respect du droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à l'indépendance». Il a exigé le respect des délais fixés pour l'organisation du référendum, estimant qu'«une autre attente ne peut plus être acceptée.»
Au cours de cette séance constitutive le premier ministre, Bouchraya Beyoun, a exposé les grandes lignes du programme de son gouvernement pour l'année 2000. La priorité sera accordée au renforcement de l'armée, afin de préparer «la nouvelle perspective de la guerre», a-t-il déclaré. (
SPS)

03.02.00
Inauguration
La première école nationale d'administration a été inaugurée. Construite près de l'école du 12-octobre, à 17 km au sud de la wilaya de Smara, cette école dispensera une formation professionnelle à une centaine de stagiaires venus des wilayas et des différentes institutions nationales sahraouies (
SPS).

03.02.00
Manifestations
Depuis le 20 janvier des manifestations sont organisées à Smara (voir semaine 04), où plusieurs dizaines de personnes se rassemblent tous les jours devant les locaux administratifs de la province pour réclamer la libération des prisonniers politiques.

03.02.00
Procès
Après trois mois de détention, trois militants de défense des droits du peuple sahraoui ont comparu devant le juge d'instruction à Agadir. L'interrogatoire a duré cinq heures, en présence de quelques avocats et de l'Association marocaine de défense des droits humains AMDH. Les trois Sahraouis, Cheikh ould Abdelaziz ould Abdellah (Cheikh Khaya), Brahim ould Najem (Brahim Leghzal) et Laârbi ould Said ould Boujemaâ ( Laârbi Massoudi), sont détenues depuis le 6 décembre dernier. (
AFAPREDESA)

05.02.00
Référendum
L'Association des barreaux du Maroc dénonce dans un communiqué les résultats de l'identification des groupements tribaux sahraouis H41, H61 et J51/52. Elle annonce la disposition de l'ensemble des avocats marocains à apporter le soutien juridique nécessaire pour les procédures de recours. (
Le Matin du Sahara, Maroc)

SOLIDARITE

29.01.00, Bologne, Italie: l'organisation de la jeunesse des Démocrates de gauche, les Verts de l'Emilie Romagne, la Coordination régionale de l'association italienne de soutien au peuple saharoui, l'ARCI et beaucoup d'autres association locales amies du peuple sahraoui, ont organisé un rassemblement devant le consulat du Maroc, suivie d'une manifestation sur la place principale de la cité pour demander à l'ONU le respect des droits de l'homme dans le territoire occupé du Sahara Occidental et pour condamner les manoeuvres marocaines tendant à retarder le processus référendaire.

NOUVELLES PUBLICATIONS
[Il est possible que des liens externes vers des journaux ne soient plus valables après quelques jours]


Cliquez pour vous abonner à sahara-occidental


[Sommaire actualités hebdomadaires] [Western Sahara Homepage]